posté le 20-03-2011 à 16:51:06

Un prêt de la BAD pour la construction des universités de Mouila et d'Oyem

Afin de soutenir le Président dans son projet de Gabon émergent et notamment dans le domaine de l'éducation, la BAD vient d'octroyer à l'Etat Gabonais, un prêt de 25.2 milliards de FCFA pour la construction des universités de Mouila et d'Oyem.

 

Ce financement s'inscrit dans le cadre du projet "Education 4", d'un montant de 81,5 milliards de francs CFA, dont 51% sont destinés aux deux universités d'Oyem et Mouila et 49% à l'édification et à la réhabilitation de lycées à l'intérieur du pays.

----------------------

Fédération PDG de France

Source : Présidence de la République

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 20-03-2011 à 16:30:41

L’université Omar Bongo Ondimba bientôt à Booué

 

 

 

 

Une partie de l’Université Omar Bongo Ondimba (UOB) sera prochainement délocalisée de Libreville à Booué, dans la province de l’Ogooué-Ivindo. L'objectif d'une telle mesure sera d'égaliser les chances de tous les étudiants gabonais d'accéder au savoir.

 

L’Université Omar Bongo Ondimba de Booué regroupera la Cité Verte de l’Education et de la Connaissance et des cycles de type Licence et Maîtrise dans les domaines de la formation technique supérieure, du tourisme d’affaires, de l’immobilier, des médias et de la communication. Elle devrait positionner le Gabon comme l’un des pôles de services de référence en Afrique et dans le monde. 

-------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 19-03-2011 à 22:57:37

La BID impliquée au Gabon dans deux projets d’infrastructures

La Banque islamique de développement (BID) est impliquée au Gabon dans le projet de construction d’un nouvel aéroport à Libreville et d’un port en eaux profondes à Mayumba, chef-lieu de la province de la Nyanga (sud-ouest), a appris l’AGP.

 

Le président de la BID, Ahmed Mohamed Ali, séjourne actuellement à Libreville pour faire, avec les autorités gabonaises, le point sur ces deux projets dont les études ont été réalisées grâce aux financements de la BID.

 

Dans une déclaration à la presse, vendredi à Libreville, à l’issue de l’audience que lui a accordée le président Ali Bongo Ondimba, M. Ahmed Mohamed Ali a exprimé la disponibilité de la BID à poursuivre son assistance au Gabon, en vue de la réealisation des deux projets.

 

Le président de la BID s’est proposé de chercher des bailleurs de fonds susceptibles de financer leur réalisation, même si, pour avoir changé de site, le projet de construction de l’aéroport de Libreville nécessite d’être réévalué.

 

Initialement prévu dans la banlieue nord de la capitale, le nouvel aéroport doit maintenant être construit à Andem, un petit village situé sur la route nationale N°1.

 

Par ailleurs, le président Ali Bongo Ondimba a demandé à la BID de prendre en charge la formation des jeunes gabonais dans les secteurs spécifiques tels que les infrastructures et les mines.

 

Basée à Djeddah en Arabie Saoudite, le groupe de la BID compte 55 membres, dont le Gabon, un pays où il intervient dans des secteurs prioritaires tels que les infrastructures, l’eau et l’assainissement, l’intégration régionale, l’éducation, les infrastructures sociales, l’agriculture et la sécurité alimentaire…

-------------

Fédération PDG de France

Source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 19-03-2011 à 22:50:57

L’ONUSIDA sollicite l’appui du Gabon pour l’inscription de la lutte contre le SIDA à l’ordre du jour du conseil de sécurité

Le directeur exécutif du Programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA, M. Michel Sidibé, séjourne à Libreville pour solliciter l’appui du Gabon, afin que la lutte contre le SIDA soit inscrite à l’ordre du jour du Conseil de sécurité de l’ONU au mois de juin prochain.

 

M. Sidibé a été reçu en audience vendredi à Libreville par le président Ali Bongo Ondimba qu’il avait déjà rencontré en janvier dernier à Addis Abeba, en Ethiopie, en marge du sommet de l’Union africaine (UA), pour plaider la même cause.

 

Celle-ci est d’autant plus pertinente que, selon le directeur exécutif de l’ONUSIDA, des études ont montré que plusieurs militaires ont souvent été contaminés pendant leurs missions de maintien de la paix dans les zones en crise, alors qu’ils servent sous le pavillon onusien.

 

Membre non permanent du conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies depuis le 1er janvier 2010, le Gabon a été porté à la présidence de cette instance le 1er mars 2011.

----------------

Fédération PDG de France

Source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 19-03-2011 à 22:45:14

L’OIF propose son assistance pour la réalisation d’une base d’informations sur l’économie de la culture au Gabon

L’Organisation internationale de la francophonie (OIF) a proposé son assistance pour la réalisation d’une base d’informations sur l’économie de la culture au Gabon, a appris l'AGP, en marge de la 41ème journée internationale de la Francophonie.

 

Pilotée, selon une méthode dite du ‘’profil culture’’, par la direction de la langue française et de la diversité culturelle et linguistique de l’OIF, dans le cadre de son programme de l’identification du champ des industries culturelles (ICIC), l’assistance concernera notamment les acteurs institutionnels et professionnels gabonais.

 

Au Gabon, le programme ICIC se déroulera en trois phases dont la première sera consacrée à la réalisation des enquêtes, la 2ème à la production du profil culturel et la 3ème à la restitution du profil culturel.

 

Appuyées par l’association culture et développement de l’OIF, opérateur technique, les trois phases donneront lieu à la formation d’instances ad hoc et mettront à contribution des acteurs divers, dont le brac, des consultants gabonais, des professionnels du secteur de la culture, des ‘’ministères clés’’ et des ‘’ministères ressources’’, concernés directement et indirectement par le développement des industries culturelles.

 

Programme pluriannuel de soutien aux Etats africains pour l’observation de l’économie de la culture, l’ICIC a été initié par l’OIF pour aider ces pays qui peinent à évaluer le potentiel de leurs industries culturelles et ne disposent que de très peu d’informations sur le sujet alors qu’il est établi que la culture est une des conditions essentielles de la réussite et de la durabilité de tout processus de développement.

 

‘’Outre sa fonction éducative et sociale, la culture a une dimension économique parce que regroupant une multitude d’activités qui créent des emplois, génèrent des revenus et produisent de la richesse’’, indique-t-on de source proche du bureau régional de l’OIF à Libreville, ajoutant que ’’la culture stimule aussi des activités annexes telles que le tourisme, la restauration et les transports.

 

‘’Une politique de développement a d’autant plus de chance de réussir qu’elle prend la culture en considération et libère son potentiel économique et social’’, affirme-t-on de même source.

 

’’Un accompagnement proactif des filières culturelles par les pouvoirs publics s’avère indispensable pour développer le potentiel économique du secteur dans une Afrique où la richesse du patrimoine culturel et le dynamisme de la création artistique sont incontestablement des atouts majeurs pour le développement des Etats du continent’’, conclut-on.

 

Célébrée depuis vendredi à Libreville, la 41ème journée internationale de la Francophonie a été placée au Gabon sous le thème ‘‘L’avenir de la Francophonie au Gabon’’ .

------------------

Fédération PDG de France

Source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Tous droits réservés Fédération PDG de France 2011