posté le 27-03-2011 à 01:07:31

4ème Conseil des ministres délocalisé dans la province de l'Ogooué Ivindo : Présentation de la province

 

L'Ogooué-Ivindo est une province du Gabon (officiellement, elle est indiquée par les initiales G6). Son chef-lieu est Makokou et les villes secondaires sont Booué, Mékambo et Ovan. Elle se situe au Nord-Est du Gabon et est frontalière du Congo-Brazzaville. Par sa superficie, elle est la plus vaste du pays (46075 km²).
Le sous-sol de cette province est très riche ; le principal minerai est le fer, mais il y a aussi de l'or et d'autres ressources. La diversité linguistique caractérise aussi l'Ogooué-Ivindo, qui abrite plusieurs ethnies. Ainsi, on y rencontre des Kotas, des Fangs, des Kwélés et bien d'autres petits sous-groupes.
 
Sur le plan touristique, la province comprend également un site très apprécié des visiteurs du monde entier, le parc national de la Lopé. Sans oublier les Pygmées Babongo, premiers habitants du Pays, les Simba, les Akele et les Okande.


L'autre parc est celui de l'Ivindo, où on peut voir les plus grandes et plus belles chutes d'Afrique centrale (les chutes de Kongou et de Mingouli) ; on y trouve une concentration impressionnante de singes et de gorilles.
 

La parc de l'ivindo :
Date de création : 2002
Superficie : 3000 km²
Point culminant : Mont Kingué, 749m
Localisation : Situé entre l'Ogooué et l'Ivindo, en aval de Makokou
Provinces : Ogooué-Ivindo, Ogooué-Lolo
Villes les plus proches : Makokou, Bouée, Lastoursville
Gares les plus proches : Ivindo, Mouyabi
Topographie : Bassin versant des rivières Nyanga, Lolo et Onoy
Rivières principales : Ivindo (110 km), Djidji (120 km)
Chute d’eau la plus haute : Chutes de la Djidji (80 m)
Habitats : Forêt primaire, forêt secondaire
Particularité : Parmi les plus impressionnants éléphants, gorilles, chutes d'eau des forêts d'Afrique

 

Une forêt tropicale intacte

 

Le Parc National d’Ivindo est situé à cheval entre les provinces de l’Ogooué-Ivindo et de l’Ogooué-Lolo. Quasi inhabité, la nature y demeure sauvage et intacte. Il est notamment traversé par le fleuve Ivindo et par la Djidji. Au milieu de la forêt, la clairière marécageuse (bai) de Langoué abrite la plus grande concentration d’éléphants et de gorilles du Gabon.
La majeure partie du parc est composée de forêts très anciennes et non perturbées par l’homme. Il s’y trouve d’impressionnantes chutes d’eau, notamment le long de l’Ivindo et de la Djidji, qui sont jalonnés par une succession de rapides et de cascades. Les chutes de Kongou et de Mingouli font ainsi partie des plus grandes et des plus belles chutes d’Afrique centrale.
Le Parc d’Ivindo abrite une biodiversité exceptionnellement riche. On y trouve de très nombreuses espèces d’insectes, et plus de 350 espèces d’oiseaux. Des gorilles, des chimpanzés, des buffles et des antilopes sont présents dans le Parc, ainsi que l’une des dernières populations intactes d’éléphants de forêt. Le bongo et le céphalophe bleu y vivent également.

Exploration de la rivière Djidji : Périple en bateau sur une rivière sauvage

En Afrique, rares sont les rivières forestières qui sont restées presque inhabitées et qui subissent une très faible pression de chasse ce qui les rend précieuses pour un écotourisme d’exception. Les défis à relever pour développer correctement le tourisme sur la Djidji sont tous liés à la préservation des aspects sauvages et intacts de la zone. La solution consiste à tirer parti du paysage de manière sensible- particulièrement concernant l’accès, l’emplacement du lodge et des campements, l’approvisionnement de ce site reculé et l’emploi et la formation adaptée du personnel gabonais. Les visiteurs se rendront ici depuis le lodge central d’Ivindo et depuis un autre lodge situé dans la zone tampon sur le court supérieur de la Djidji.

 

Le principal public ciblé sont les touristes passionnés de nature désirant vivre une aventure paisible et facile avec en prime un logement confortable au bord d’une rivière de forêt pluviale - bien qu’un arrêt d’une nuit, prévu à l’avance, dans un campement temporaire au bord de l’eau puisse être considéré comme un bon moment d’aventure. Un second public pour la Djidji serait constitué de personnes plus jeunes et plus aventureuses souhaitant pagayer à bord de leur propre pirogue, accompagnées de guides fiables sur des circuits personnalisés.

----------------------
Fédération PDG de France
 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 27-03-2011 à 00:20:43

Gestion de la fibre optique : Gabon Télécom perd le monopole

 


 Gabon Télécom SA est l’opérateur historique gabonais née de la scission en 2001 de l’Office des Postes et Télécommunications conformément à la loi n°004/2001 du 27 juin 2001 portant réorganisation du secteur des postes et du secteur des télécommunications.
En mars 1999 Gabon Télécom a créé Libertis, sa filiale mobile, détenue à 100%, qui obtient la seconde licence d’exploitation d’un réseau de téléphonie Mobile de type GSM en 2007. Jusqu’en 2006, le capital de Gabon Télécom est détenu à 100% par l’Etat gabonais. En février 2007, suite à un appel d’offre international, l’Etat gabonais cède 51% des actions à Maroc Telecom.

 

L’opérateur de télécommunication Gabon Télécom a perdu le monopole de la gestion de la fibre optique qu’il devra désormais partager avec les autres opérateurs de téléphonie mobile, dans la perspective de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) que le Gabon organisera conjointement en 2012 avec la Guinée Equatoriale.

 

’’Nous sommes favorables au partage de cette infrastructure avec les autres opérateurs au vu du volume impressionnant de données que le Gabon devra gérer durant la CAN’’, a affirmé le directeur général de Gabon Télécom, Oussalah Lhoussaine, dont l’entreprise détenait le monopole de l’exploitation de la fibre optique sur l’ensemble du territoire national.

 

Une libéralisation exigée par l’Agence de régulation des télécommunications (ARTEL), l’autorité de régulation du secteur au Gabon, car elle permettra une transmission optimale des images, avec une vitesse de réalisation assez grande.

 

A travers ce geste, l’ARTEL veut s’assurer de la qualité et de la performance des équipements de tous les opérateurs, et a insisté auprès de ces opérateurs pour que soit absorbée toute la volumétrique du trafic national et international, notamment au niveau de l’Internet.

 

La fibre optique est un câble sous-marin SAT 3 qui permet de faire passer les communications (données Internet et voix…) à moindre coût par rapport au satellite. Il permet, surtout, d’obtenir une très nette fluidité dans les communications internationales, avec une vitesse plus rapide de la connexion Internet (ouverture des pages, téléchargement des fichiers…).

 

Il a pour vocation, d’une part, de permettre aux opérateurs économiques de faire face à leurs besoins de communications et ; d’autre part, d’assurer aux utilisateurs un accès aux services Internet très haut débit et aux services de téléphonie 3G à très moindre coût.

 

C’est en novembre 2010 que le Gabon a procédé au lancement de cette infrastructure, qui place ainsi le pays au rang de référence sous-régionale en matière de Technologies de l’information et de la communication (TIC).

 

Ce projet piloté par l’Etat et financé par l’entreprise pétrolière Total Gabon, par le truchement du fonds de Provision pour investissements diversifiés (PID), constitue un moteur essentiel pour le développement économique et social du Gabon.

--------------------

Fédération PDG de France

source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 27-03-2011 à 00:04:31

Ali Bongo Ondimba attendu lundi à Makokou pour le 4ème conseil des ministres délocalisé

 

 

Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, est attendu lundi prochain à Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo (nord-est), où il présidera deux jours plus tard (mercredi), le quatrième conseil des ministres délocalisé, a annoncé le gouverneur de cette province, Rufin Moutessayigoué.

 

Sitôt après son arrivée à Makokou, le chef de l’Etat gabonais animera un meeting à l’aéroport ‘’Epassendjé’’, précédé des allocutions du maire de la commune, Faustin Mbounda et d’un parlementaire originaire de l’Ogooué-Ivindo.

 

Selon le programme établi par le gouverneur de l’Ogooué-Ivindo, le chef de l’Etat se rendra ce même lundi dans la ville de Mékambo, à près de 200 km au nord-est de Mékambo, frontalière du Congo Brazzaville, où un meeting est également annoncé.

 

Mardi, il poursuivra son périple par Ovan et Booué, deux autres villes de cette province, la plus étendue du Gabon.

 

Dimanche, déjà, le président Ali Bongo Ondimba sera précédé à Makokou par le Premier ministre, Paul Biyoghé Mba, ainsi que l’ensemble du gouvernement qui tiendront ce même jour, un conseil interministériel en prélude au conseil des ministres de mercredi 29 mars.

 

La province de l’Ogooué-Ivindo est la quatrième à accueillir le conseil des ministres délocalisé, après l’Ogooué-Maritime (sud-ouest),le Woleu-Ntem (nord) et la Nyanga (sud).

 

Comme à Port-Gentil, Oyem et Tchibanga, le chef de l’Etat pourrait annoncer une série de mesures spécifiques à la province de l’Ogooué-Ivindo.

 

Institué par le président Ali Bongo Ondimba au lendemain de son arrivée au pouvoir, le conseil des ministres délocalisé est l’occasion pour lui et son gouvernement de s’imprégner des réalités auxquelles sont confrontées les populations du Gabon profond.

---------------------------

Fédération PDG de France

source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 26-03-2011 à 23:54:26

Un Forum Gabon-Turquie de toutes les attentes

Dans le cadre de la visite d’amitié et de travail qu’effectuait depuis le 24 mars 2011 à Libreville le Président de la République de Turquie, S.E Abdoullah Gül, Ali Bongo Ondimba et son hôte ont rehaussé de leur présence, le premier forum économique du commerce et d’investissement Gabon-Turquie "Catalyseur d’opportunités" qui aura focalisé toutes les attentes des investisseurs des deux pays, le 25 mars 2011 à la Cité de la Démocratie à Libreville.

 

Après le mot de bienvenue du nouveau président de la Chambre de Commerce, de l’Industrie et des mines du Gabon, Jean-Baptiste Bikalou qui est revenu sur la refonte de cette institution et également sur l’opportunité qu’offre la tenue de ce forum, les présidents du TIM, entendez, assemblée des exportateurs de Turquie et celui de Tuskon,( Confédération des hommes d’affaires et des industriels de Turquie) ont défilé tour à tour à la tribune officielle.

 

Les uns et les autres ont salué l’initiative des deux Chefs d’Etat de rassembler, en un lieu et en un temps, un panel d’hommes d’affaires susceptibles de donner un coup d’accélérateur à la coopération Gabon-Turquie. Ils ont chacun loué la volonté du Président Ali Bongo Ondimba de doter le Gabon d’un tissu économique digne d’un pays qui tend vers l’émergence. Sur le plan pratique, les deux investisseurs  à la tête de grands groupes ont émis le vœu de voir enfin s’éclaircir, le ciel du monde des affaires entre les deux peuples.

 

Le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, prenant la parole, a souhaité une fois de plus la bienvenue à son hôte, ainsi qu’à la forte délégation qui l’accompagne. Il a salué l’avancée de la Turquie sur le continent Africain pour ce qui s’agit du positionnement économique. Ali Bongo Ondimba  s’est réjoui du fait que son pays ait été retenu sur le trajet continental du Président Abdoullah Gül. Aussi, a-t-il lancé un appel solennel à l’endroit des hommes d’affaires Turcs afin qu’ils occupent la majeur partie de l’environnement des affaires gabonais encore libre.

 

Pour lui, il y  a de la place pour toux ceux qui aiment  le Gabon et croient en son avenir. Ali Bongo Ondimba a vanté le potentiel économique de son pays, avec un environnement des affaires le plus attrayant. Que ce soit le secteur bancaire, fiscal ou autre, le Gabon, offre une opportunité inouïe avec la possibilité de rapatrier les bénéfices dans son pays d’origine. Aucun secteur n’a été oublié dans la présentation des atouts qu’offre le Gabon aux éventuels investisseurs.

 

Ouvert à la mer, dira Ali Bongo Ondimba, le Gabon offre une aubaine pour ceux des investisseurs qui souhaiteraient avoir une sortie maritime. Avec un climat propice, un sol et un sous-sol des plus enviés, des nouveaux codes miniers et des hydrocarbures en vue, le Chef de l’Etat a déclaré qu’il entendait mener son pays vers une économie de production, contrairement à une économie de rente comme ce fut le cas depuis plusieurs décennies. 

 

Avec le franc-parler qui le caractérise, Ali Bongo Ondimba a invité les investisseurs Turcs à  s’implanter au Gabon et nouer des relations d’affaires et booster ainsi le jeune et embryonnaire tissu économique gabonais.

 

Abdoullah Gül dans son message, a  adressé de vifs remerciements à son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba pour l’accueil chaleureux dont sa délégation et lui-même ont eu droit depuis leur arrivée. Il a également promis de s’impliquer davantage dans les relations qui unissent son pays au Gabon. Une relation restée longtemps en hibernation et que les deux chefs d’Etat entendent redynamiser en leur donnant un contenu à même de mettre en branle l’axe Ankara-Libreville.

 

Abdoullah Gül s’est aussi réjoui des accords signés au palais du bord de mer qui représentent un nouvel élan de la coopération Nord-sud. Après cette phase protocolaire, les deux délégations ont échangé des présents sous les applaudissements de la forte délégation d’hommes d’affaires venus de Turquie en vue de se frayer un chemin dans l’environnement des affaires au Gabon. Le premier forum économique du commerce et d’investissement Gabon-Turquie s’est achevé vendredi 25 mars. 

----------------

Fédération PDG de France

source : Présidence de la République

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 25-03-2011 à 23:18:04

Comité PDG Nord Pas de Calais : Priorité formation du militant

 

COMITE PDG NORD PAS DE CALAIS : "La formation du militant est une nécessité dans notre parti"
 

Installé le 12 février dernier, le Comité PDG Nord Pas de Calais a tenu sa première réunion le 20 mars dernier à la résidence pont de bois à Villeneuve d’Ascq. Cette réunion présidée par le secrétaire de comité, la camarade véronique Tsakoura, avait comme principaux points à l’ordre du jour l’élaboration du planning des séminaires de formation des militants, la participation du comité à la célébration en différée du 43ème anniversaire du PDG à Paris et le recrutement des militants.

 

 

 La formation du militant étant une préoccupation constante du bureau Fédéral, le comité Nord Pas de Calais a compris que la compréhension du fonctionnement du parti et la connaissances des textes (statuts et règlement intérieur) participent à l’émancipation intellectuelle du militant. Trois thèmes ont été retenus pour les séminaires de formation :

Thème 1 : Connaissance et gestion de organes du parti,

Thème 2 : Techniques de communication,

Thème 3 :  Le projet de société l’Avenir en confiance, du Président Ali Bongo Ondimba.

 

  

Abordant le second point de l’ordre du jour, le bureau du comité a décidé de prendre part  à la célébration en différée du 43ème anniversaire à Paris la semaine prochaine.

Le point sur le recrutement des militants sera approfondi lors de la 3ème réunion prévue dans 1 mois.

Le comité a programmé le premier séminaire sur le thème 1 pour le 16 avril 2011. Le bureau fédéral animera ce séminaire.

-----------------------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Tous droits réservés Fédération PDG de France 2011