posté le 18-04-2011 à 15:31:59

Ile Mbanié le Président Ali Bongo Ondimba a reçu les experts gabonais

 


Le Président s'est entretenu le 14 avril dernier avec la délégation d'experts gabonais qui a représenté les intérêts du Gabon à Genève les 29 et 30 mars au sujet de l'Ile Mbanié.
 
La rencontre de Genève a fait suite au Sommet tripartite Gabon - ONU - Guinée Équatoriale qui s'est tenu à New York les 24 et 25 février derniers et auquel le Chef de l'État a activement participé.
-----------------
Fédération PDG de France
 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 18-04-2011 à 13:09:48

Journée nationale de la femme Gabonaise : Retour en images

Le 16 avril dernier le Gabon a célébré la journée nationale de la femme gabonaise. Le président de la République qui assistait à la célébration de cette journée aux côtés de son épouse Sylvia Bongo Ondimba, a remis pour la 14ème édition le Grand prix du Président de la république.

Ce prix du Président de la République a été institué pour promouvoir les activités socio-économiques des femmes.


Retour en images sur cette journée au palais présidentiel.

 

 

 

 Le président Ali et la première dame Sylvia Bongo Ondimba

 

Les femmes au palais présidentiel. 
 

  Discours de la réprésentante des femmes
 

  La première Dame Sylvia bongo Ondimba
 

 

Le Président Ali bongo Ondimba
 

 

  Remise de décoration
 

  Remise du prix d'encouragement
 

  Remise du grand prix du Président de la République
 

Le Président de la république, la Première Dame et les lauréates
 
Retrouver le président Ali Bongo Ondimba sur sa page facebook : http://www.facebook.com/alibongoondimba.
-------------------
Fédération PDG de France
 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 18-04-2011 à 12:04:22

L’éloignement des enseignants perturbe les cours dans une école au nord de Libreville

Les cours sont perturbés à l’école publique de Malibé II, dans le département du Cap Estérias, au nord de Libreville, en raison des absences répétées de certains enseignants qui habitent la capitale, à une trentaine de km de l’établissement.

 

Les parents d’élèves estiment, pour la plupart, que les mauvais résultats enregistrés depuis plusieurs années par l’établissement qui compte plus de 200 élèves, sont dus au fait que trois de ses sept enseignants vivent loin de l’école.

 

Pendant la saison des pluies, les instituteurs qui habitent Libreville sont régulièrement absents, à cause du piteux état de la route, a indiqué un instituteur qui a requis l’anonymat.

 

Aucune solution ne semble se profiler à l’horizon. Depuis plus d’un an, les travaux de construction des logements des enseignants de l’école publique de Malibé II sont arrêtés.

 

"Tous les espoirs formulés l’année dernière au moment du lancement des travaux de construction de nos logements se sont volatilisés. Cela fait plus d’un an que le chantier a été abandonné et trois de nos collègues continuent à faire des va-et-vient entre Libreville et Malibé II", a confié le même instituteur.

 

Il a demandé au gouvernement de donner les moyens à l’entreprise en charge du chantier pour lui permettre de conduire les travaux à leur terme.

 

L’école publique de Malibé II accueille des enfants en provenance de plus de dix villages de la contrée.

------------------------

Fédération PDG de France

Source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 17-04-2011 à 23:56:43

Environnement : Création d’une unité spéciale pour lutter contre le braconnage

 Le Président de la République Gabonaise, Ali Bongo Ondimba, vient d’annoncer la création immédiate d’une unité militaire de 240 hommes au sein de l’Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN). Baptisée « la brigade de la jungle », cette unité aura pour mission de sécuriser les parcs du Gabon et de protéger la faune et la flore sauvage, notamment contre le braconnage et le trafic illégal d’ivoire.

 

Cette mesure fait suite à la découverte, le 6 avril dernier par des agents de l’ANPN, d’une trentaine de carcasses d’éléphants de forêt qui sembleraient avoir été tués récemment dans la réserve de Wongo Wongué, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale Libreville.

 

Le Gabon avait déjà pris en mars de cette année la décision de classer l’éléphant de forêt comme espèce « intégralement protégée » en raison d’un niveau de braconnage jamais atteint jusqu’à présent.

 

L’éléphant de forêt d’Afrique - Loxodonta cyclotis – désormais reconnu comme une espèce biologique distincte de son cousin des savanes, réside dans les forêts d’Afrique Centrale et de l’Ouest. Il se caractérise par des oreilles généralement plus petites et plus circulaires que l'espèce des savanes et possède des défenses plus minces et plus droites. L’ivoire légèrement rosé de ses défenses a également un grain de meilleure qualité que celui de l’éléphant des savanes, ce qui en fait une proie de choix pour les braconniers.

 

Découverte d’une trentaine d’éléphants massacrés dans une réserve

 

Le 6 avril dernier, lors d’un survol de la réserve de Wonga Wongué, qui était encore récemment l’un des derniers refuges où les éléphants de forêt pouvaient circuler librement, le Directeur technique de l’ANPN Mike Fay et le conservateur de la réserve Norbert Pradel, ont dénombré plus de 30 carcasses d’éléphants tués récemment.

 

« Nous avons découvert un corps, puis un autre, et encore un autre, et en quelques minutes nous avons réalisé que quelque chose de grave s’était passé » a indiqué Mike Fay, qui a été un des acteurs clés dans la création du réseau des parcs nationaux du Gabon en 2002, en révélant l’extraordinaire beauté du patrimoine naturel du Gabon à l’ancien Président Omar Bongo Ondimba. Mike Fay a acquis une renommée internationale avec le récit de sa traversée à pied de l’Afrique Centrale, diffusée par National Geographic sous le titre de « Megatransect ».

 

« Nous avons alors décidé de contrôler la zone et en à peine une heure nous avons découvert 28 carcasses d’éléphants, tous massacrés ces derniers mois. La réserve de Wonga Wongué est en grande partie recouverte de forêt. Nous ne pouvons donc pas savoir le nombre exact d’éléphants tués mais nous sommes certains que ce niveau de braconnage est sans précédent dans l’histoire du Gabon. Ce n’est pas un acte isolé. Nous constatons actuellement une croissance exponentielle du nombre d’éléphants braconnés à travers le pays ».

-----------------------

Fédération PDG de France

Source : Présidence de la République

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 17-04-2011 à 18:44:23

Santé : Le Gabon veut réduire de moitié le nombre de Lépreux d’ici à 2015

Le Gabon veut réduire de moitié, d’ici à 2015, le nombre de lépreux qui est passé dans ce pays de 24.000 à 10.000, a appris l’AGP, à l’issue d’un atelier ayant regroupé, du 12 au 13 avril à Libreville, le personnel de santé engagés dans la lutte contre cette maladie.

 

Cet ‘’ambitieux’’ objectif ne peut être atteint qu’avec l’implication du Secrétariat général du ministère gabonais de la santé, ont estimé les participants dans une recommandation proposée pour validation au Plan de développement sanitaire (PNDS 2011-2015) et à certains pays africains.

 

Les lépreux sont traités dans trois centres principaux : l’hôpital de Nkembo à Libreville, l’hôpital Albert Schweitzer à Lambaréné (centre) et l’hôpital de Bongolo à Lébamba dans le sud du Gabon.

 

Pour réduire davantage la charge de morbidité due à la lèpre et améliorer durablement la qualité des services de lutte contre la lèpre, les participants ont recommandé au secrétaire général du ministère de la santé d’affecter des médecins au programme de lutte contre la lèpre pour le dépistage et la prise en charge des patients et la formation des spécialistes de cette maladie résurgente au Gabon.

 

Par ailleurs, les participants ont déploré l’état actuel de la réglementation de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) qui ne prend pas en compte les maladies qui relèvent des programmes nationaux de santé publique.

 

Le séminaire a été financé par la fondation Raoul Follereau et animé par le docteur Christian Roch Johnson, conseillé médical de cette fondation.

----------------

Fédération PDG de France

Source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Tous droits réservés Fédération PDG de France 2011