posté le 19-04-2011 à 17:46:35

101 microprojets initiés au Gabon par des femmes seront financés par le gouvernement

Le gouvernement gabonais a débloqué 65 millions de FCFA pour financer 101 microprojets initiés par des femmes gabonaises, dans le cadre de la lutte contre la précarité et de l’autonomisation de la gent féminine.

 

L’enveloppe financière a été remise par le ministre de santé et de la Famille, Flavien Nzengui Nzoundou, dans le cadre des manifestations de la journée nationale de la femme, célébrée le 17 avril dernier, un évènement qui marque l’entrée de la première femme gabonaise dans un gouvernement de la République.

 

A l’époque âgée de 36 ans, Me Marylise Issembé, première avocate gabonaise inscrite au barreau de Libreville, a été nommée Secrétaire d’Etat à la présidence de la République, chargée de l’Education populaire.

 

Depuis lors, la femme gabonaise n’a plus jamais arrêté la marche vers l’émancipation. Quittant le carcan des trois C (Cuisine, coiffure, couture), elle a investi des métiers et des professions jusque-là considérés comme exclusivement réservés aux hommes.

 

Elle a même fait une entrée remarquée dans les cercles du pouvoir et les centres de décisions.

 

En 2006, le gouvernement gabonais comptait 13 femmes dont une au rang de vice-Premier ministre.

------------------------

Fédération PDG de France

Source :  AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 19-04-2011 à 15:46:24

Gabon-Sida : Lutte contre le VIH SIDA

En juin prochain, le Gabon préside le conseil de sécurité de l’ONU. Le directeur général de L’ONUSIDA, Michel Sidibé s’est rendu récemment à Libreville pour demander au Gabon de soutenir une future résolution de l’ONU obligeant tout soldat engagé dans une mission de paix à suivre une formation de prévention contre le SIDA.

Le Gabon s’est engagé à soutenir la résolution. En retour, Libreville demande à l’ONUSIDA de l’aider à booster la lutte contre cette pandémie. Une récente étude a démontré que 70% des gabonais ont eu leur dernier rapport sexuel à risque sans préservatif. Les préservatifs sont en quantité insuffisante dans plusieurs localités du Gabon.
-------------
Fédération PDG de France
 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 19-04-2011 à 15:28:49

Santé au Gabon : La carence en iode, déclarée problème de santé publique

La carence en iode a été déclarée problème de santé publique par le ministère gabonais de la santé publique qui a lancé une campagne nationale destinée à sensibiliser les opérateurs économiques sur la nécessité de ne commercialiser dorénavant que le sel iodé.

 

Dans le cadre de la campagne, des séminaires de formation sont organisés dans tout le pays pour les agents contrôleurs du ministère du commerce, afin de les imprégner non seulement des aspects juridiques et techniques de cette décision, mais également des conséquences du manque d’iode sur la santé.

 

Selon de sources médicales, la carence en iode est à l’origine de nombreuses pathologies dont le goitre, le crétinisme, la baisse du quotient intellectuel, le retard mental, le nanisme, la naissance des bébés de faible poids et les avortements spontané, observées au Gabon.

 

Afin de prévenir la recrudescence de ces maladies, le gouvernement a pris un décret fixant les conditions de production, d’importation et de commercialisation du sel alimentaire au Gabon.

 

Pour une meilleure exécution de cette mesure, un plan d’action progressif va être mis en place, en collaboration avec la direction générale de la santé.

 

Une enquête menée par le ministère gabonais de la santé publique a révélé un taux de goitre de 17,4% au niveau national. Selon la même enquête, ces taux sont plus importants dans certaines provinces du pays notamment le Haut-Ogooué (sud-est) avec 49,3%, l’Ogooué- Lolo (sud-ouest) 28,3% et la Ngounié (centre-sud) 20,1%.

 

L’iode est un petit élément dont le corps a besoin pour produire l’hormone thyroïdienne qui est une grande glande située dans le cou dont le rôle est de synthétiser des hormones essentielles au bon fonctionnement du corps : digestion, cœur, muscles, etc.

 

C’est un élément solide noir-bleuté brillant non-métallique présent dans la nature principalement sous sa forme stable qu’est l’iode-127.

 

L’iode stable est naturellement présent par exemple dans les algues et les fruits de mer. Il est aussi ajouté artificiellement au sel.

-------------------

Fédération PDG de France

Source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 19-04-2011 à 14:51:52

INFRASTRUCTURES : La route demeure l'une des priorités du gouvernement

Le gouvernement gabonais qui entend doter le pays des infrastructures adéquates sur le plan national a mis un accent particulier sur la route, vecteur essentiel pour un développement harmonieux et des échanges entre localités. Un détour à travers les artères de la capitale gabonaise montre les différents chantiers routiers qui dénotent de la volonté des autorités à donner une nouvelle image de la cité appelée à accueillir, dans les prochains mois, la Coupe d’Afrique des nations de football, avec la République sœur de la Guinée équatoriale. En dehors des échangeurs, d’énormes travaux de construction des nouvelles voies de circulation sont entrepris sur d’autres axes de circulation à Libreville.

 

Le même constat est fait sur la Nationale 1 où le bruit assourdissant des engins et autres appareils laisse présager d’un réseau routier fiable et praticable en toute saison. Sur certains axes, il est question de l’élargissement de la chaussée afin de faciliter la circulation. Il y est également aménagé des abris-bus et des caniveaux pour l’écoulement des eaux de pluies. Ces travaux ne sont pas sans causer d’énormes désagréments aux populations qui, pour la plupart, prennent leur mal en patience, sachant que l’on ne saurait construire des routes sans poser des préalables qui consistent à ériger des voies de dégagement ou simplement aux déviations vers d’autres issues.

 

ll s’est aussi posé le problème des habitations et magasins situés en bordure des voies principales ou carrément au beau milieu des tracés. Pour cette catégorie d’obstacles, les pouvoirs publics ont appelé à une prise de conscience collective des uns et des autres et proposé d’autres sites de relogement, accompagnés des indemnisations à la hauteur de l’importance du désagrément subi.

 

Quant aux infrastructures liées à la Can 2012, le gouvernement de la République a pris des dispositions afin que les différents chantiers aillent à leur terme dans les délais impartis. Pour y arriver, le Président de la République, Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba a pris la ferme résolution d’effectuer périodiquement, un tour des chantiers y relatifs afin d’apprécier le rythme d’évolution des travaux, la qualité et la nature des ouvrages à construire. La capitale gabonaise et le reste des capitales provinciales sont en train de subir une véritable cure de jouvence afin de répondre aux critères d’un pays qui tend vers l’émergence.

----------------

Fédération PDG de France

source : Primature

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 19-04-2011 à 00:26:00

Début à Libreville du processus de validation de la première phase du PIDA

La première phase du Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA) doit être validée à l'issue d'un atelier de présentation du rapport provisoire de cet ambitieux projet, ouvert lundi à Libreville.

 

Le document validé doit être soumis au sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA), qui se tiendra du 29 au 30 juin prochain à Malabo, en Guinée-Equatoriale, sur le thème "accélérer l’autonomisation des jeunes pour le développement durable".

 

Appuyé par l’UA, le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et la Banque africaine de développement (BAD), le PIDA a été lancé en juillet 2010, avec pour objectif principal de promouvoir le développement socioéconomique et la réduction de la pauvreté sur le continent, grâce à la mise en oeuvre des réseaux intégrés d’infrastructures régionales.

 

Le programme, qui bénéficie d’une enveloppe budgétaire de plusieurs milliards de FCFA, a été mis en route après que les chefs d’Etat du continent eurent constaté que le déficit en infrastructures pénalise depuis plusieurs années la croissance et le développement de l’Afrique.

 

Le PIDA entend établir une stratégie-cadre pour le développement des infrastructures à l’échelle régionale et continentale dans les domaines de l’énergie, du transport, de l’eau et des télécommunications.

 

"Nous fondons beaucoup d’espoir sur le projet PIDA", a déclaré le Secrétaire général adjoint de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC), Roger Tchoungui, à l’ouverture de l’atelier de présentation du rapport provisoire de la phase I du programme qui s’achève mardi.

 

Le PIDA est considéré comme un document d’orientation de l’UA et du NEPAD en ce qui concerne les programmations, les politiques et les priorités d’investissement dans les secteurs clefs de l’économie africaine d’ici à 2030.

 

Selon les experts, certains projets du PIDA pourraient commencer à s’exécuter à partir de 2012.

 

"Nous ne pouvons pas procéder à des échanges commerciaux entre nous-mêmes en raison du manque de moyens de communication", a déploré un expert de la CEEAC.

 

"Les infrastructures que nous souhaitons créer vont apporter de nouvelles opportunités à notre continent", a-t-il dit, soulignant que l’énergie, le transport, les technologies de l’information et de la communication (TIC) et les ressources hydrauliques constituent des secteurs clefs pour l’économie africaine.

---------------

Fédération PDG de France

source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Tous droits réservés Fédération PDG de France 2011