posté le 02-03-2011 à 14:54:04

Zone Economique Spéciale de Nkok : Industralisation du Gabon, Croissance, Emplois.

Création de la ZES de Nkok, projet exemplaire du Gabon Emergent pour la transformation locale à valeur ajoutée du bois.

 

En juillet dernier, le Président s’était rendu à Nkok sur le site des travaux de la Zone Economique Spéciale (ZES), destinée à la transformation du bois, pour une visite de chantier. La réalisation des travaux d’aménagement du site est en bonne voie. Prévu pour entrer en activité en mars 2011, la création de la ZES est un projet exemplaire du Gabon émergent pour la transformation locale à valeur ajoutée du bois.

 

Située à 27 kilomètres à l’est de Libreville, la zone économique spéciale de Nkok est consacrée à la transformation locale du bois. Faisant écho à l’interdiction d’exportation de grumes effective depuis janvier 2010, cette zone économique est une des concrétisations de l’idéal du Gabon vert et du Gabon industriel, piliers du Projet de société du chef de l’Etat. La ZES contribuera à exposer «une vitrine des compétences des exploitants forestiers gabonais et des industriels dans la valorisation des matières premières par une industrie novatrice et de pointe», avait déclaré le Président Ali Bongo Ondimba.

 

Le Président était accueilli par les responsables de la société OLAM International Limited, chef de fil d’un groupe d’entreprises spécialisées dans la transformation du bois. Ali Bongo Ondimba est longuement revenu sur le bénéfice de la ZES qui a pour optique de «valoriser l’implantation d’usines de transformation du bois afin d’obtenir des produits à forte valeur ajoutée, et contribuer à la résorption du chômage en créant notamment de nombreux emplois».

L'Etat a signé le 14 août 2010 pour 4,5 milliards de dollars, soit plus de 2 milliards de FCFA, d’accords de partenariat stratégique avec des sociétés indiennes et singapouriennes, lors d’une cérémonie présidée par le Chef de l’Etat. Ces accords bénéficieront à la zone économique spéciale de Nkok.

 

Placée sous le signe de l’innovation et de la détermination, la zone économique est un des pôles de développement majeur du pays et aura des incidences géoéconomiques favorables pour le développement du Gabon Emergent.

Le nombre d'emplois est évalué à  3000 pour le première phase, 4500 pour la seconde  6000 pour la troisième et dernière phase, celle de l'exploitation effective de l'ensemble des installations (centrale thermique de 35 MW, Centrale électrique de cogénération à la biomasse de 15 MW, unité commune de séchage, parc à bois et équipement de manutention, terminal de remplissage de containers, centre de formation, Etablissements scolaires, Etablissements de santé, Centre commercial, Logements, Complexes hôteliers, guichet unique pour toutes les formalités administratives, Equipements de sport, etc..). La conception de la ZES s’appuie sur une approche intégrée du développement durable : Vivre – Travailler et se Divertir.  Soit un total de 13500 emplois.

La ZES de Nkok permettra de désengorger le centre ville de la capitale Gabonaise. 

 -------------------------

Fédération PDG de France

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 02-03-2011 à 12:45:46

Les hommages du Parti Démocratique Gabonais au Président Ali Bongo Ondimba

Sommet Tripartite Gabon- Guinée Equatoriale - ONU sur l'ïle Mbanié
 
 A la suite du Sommet Gabon – Guinée Equatoriale sur le différend de l’Ile Mbanié à l’initiative du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), le Parti Démocratique Gabonais tient à rendre un vibrant hommage au Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali Bongo Ondimba, pour les efforts déployés et sa détermination à trouver – par des voies pacifiques – une solution pour le règlement de la question, dans le bien-fondé de la préservation des liens qui unissent si heureusement deux Etats frères.
 
Aussi, le PDG exhorte-t-il le Chef de l’Etat à tout mettre en œuvre pour conclure la médiation, afin que la solution définitive reflète les espoirs légitimes du peuple et préserve les intérêts spécifiques de la Nation.
 
 Le dernier Sommet tripartite a donc permis au Président de la République de mettre en évidence, une fois encore, le rayonnement des valeurs cardinales d’Unité nationale, de Responsabilité, de Solidarité, de Dialogue, de Tolérance, de Paix et d’Unité africaine ; lesquelles valeurs ont été adoptés par le PDG, au service du Peuple gabonais et de la Coopération internationale.
 
Le Médiateur du Sommet tripartite, le Secrétaire général de l’ONU, Son Excellence Ban Ki-Moon, en visitant notre pays en juin dernier, avait déjà rendu un hommage mérité aux institutions de la République qui avaient su conduire dans la Paix et la Majorité, la Transition.
 
Aujourd’hui, cette reconnaissance de Son Excellence Ban Ki-Moon aux institutions républicaines milite largement en faveur de l’inauguration à Libreville, notre capitale, du Bureau régional de l’Organisation des Nations Unies pour l’Afrique Centrale et Traduit également la légitimité et la légalité du pouvoir détenu et exercé par Ali Bongo Ondimba dans un pays stable et de paix.
 
Au regard de l’immensité de la tâche et des missions qui sont confiées au Bureau régional de Libreville, l’on retiendra pour l’essentiel que la consolidation des initiatives de paix dans une région marquée par une fréquente instabilité liée aux conflits multiformes se situe en droite ligne de la politique et de la Vision politique du Chef de l’Etat qui veut faire de notre pays, une plate forte dans la sous-région pour promouvoir l’entente et le rapprochement entre les hommes.
 
Dans cette perspective, le PDG ne peut que se féliciter de la convergence d’idées et du choix porté sur le Gabon pour abriter le Bureau régional de Libreville qui est avant tout la reconnaissance du rôle majeure du Gabon par l’ONU qui entend œuvrer avec l’ensemble des dirigeants légalement reconnus par la communauté internationale pour bâtir ensemble le développement durable des Nations
 
Source : Secrétariat exécutif du PDG
 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 02-03-2011 à 12:16:55

FORMATION AGRICOLE ET RECHERCHE - DEVELOPPEMENT

 

 Croissance et Sécurité Alimentaire au Gabon

 

Le séminaire-atelier sur la formation agricole et la recherche-développement en milieu rural, organisé par l’Institut national supérieur d’agronomie et de biotechnologies (INSAB), un des trois établissements de l’Université des sciences et techniques de Masuku (sud-est,) s’est achevé vendredi dernier par l’adoption de plusieurs recommandations.

 

‘’Il me sied de noter la pertinence et le caractère édifiant des résultats auxquels vous êtes parvenus. Ils sont autant de sources de capitalisation qui seront assurément exploitées, de façon cohérente et opérationnelle, par le gouvernement, eu égard à leur adéquation avec le projet du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba ; l’avenir en confiance ’’. a déclaré le ministre gabonais de l’Enseignement supérieur, Séraphin Moudounga à la clôture du séminaire dont le thème était : formation agricole et la recherche-développement en milieu rural, +le cas du Haut-gooué+’, province où est implantée l’université des sciences et techniques de Masuku.

 

Selon M. Moundounga, l’INSAB qui n’a que huit ans d’existence se positionne comme un établissement appelé à être sollicité pour son expertise de formation et de recherche agronomique par la commande publique ou privée, tant au niveau nation qu’international.

 

Au terme des travaux qui ont duré quatre jours, les séminaristes ont pour ce qui est de la production animale, la mise en place des laboratoires et leurs équipements, la diversification des ateliers d’élevage, l’acquisition du matériel pour la manipulation des animaux et l’intervention des vétérinaires.

 

Au nombre d’autres recommandations on peut noter le recyclage des enseignants de l’institut, l’appui aux ateliers existants et la mise en place d’une documentation scientifique dans tous les domaines de la production animale, ainsi que la revalorisation des déchets issus des élevages.

 

La rencontre de Franceville a également adopté beaucoup d’autres mesures allant de la vulgarisation des techniques de mise en place des élevages en milieu paysan à la création des unités de fabrication d’aliments avec des intrants locaux, ainsi que l’amélioration génétiques des espèces animales locales.

 

Pour ce qui est de la filière végétale, les séminaristes ont recommandé la création des coopératives agricoles dans les normes requises avec des bases juridiques ; le développement des établissements de micro-finance en vue de pérenniser les activités agricoles par autofinancement.

 

Ce séminaire-atelier qui a vu la participation des experts venus de la Côte d’Ivoire et du Mali avait pour objectif l’arrimage de la formation dans cet établissement de l’Université de Masuku, à la politique gouvernementale de croissance et de sécurité alimentaire au Gabon.

 

Le Gabon a crée jeudi dernier une agence nationale pour la sécurité alimentaire dont la mission est l’évaluation et la prévention des risques nutritionnels et sanitaires des aliments.

 

Source : Agence Gabonaise de Presse

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 02-03-2011 à 12:05:20

EDUCATION : 7ème Conférence des Recteurs des Universités de l'Afrique Centrale

 

 Ouverture à Libreville de la 7ème conférence des recteurs des Universités de la CEMAC

 

La 7ème session ordinaire de la Conférence des recteurs des universités et des responsables d’organismes de recherche d’Afrique centrale (CRUROR/AC) s'est ouverte, lundi à Libreville, pour préparer notamment la première réunion des ministres de l’Enseignement supérieur et les premières olympiades de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). 

 

La rencontre de deux jours doit également débattre des Chaires CEMAC, de la construction des sous-espaces, des programmes d’échanges interuniversitaires avec bourse de mobilité, de l’adoption du système LMD (Licence, Master, Doctorat) en médecine…

 

Le ministre gabonais de l’éducation nationale (…), Séraphin Moundounga, a souhaité que la 7ème conférence de la CRUROR/AC, qui se tient six ans après la Déclaration de Libreville de février 2005, ‘’marque le renouveau de la construction de notre espace commun de l’enseignement supérieur, de la recherche et de la formation’’.

 

Pour sa part, le président de la CUROR/AC, le Pr. Armand Moyikoua a souhaité que de nouvelles stratégies soient mises en œuvre afin que les assises de Libreville servent de rampe de lancement aux activités jusqu’alors différées et permettent plus d’actions sur le terrain.

 

De son coté, le commissaire à la CEMAC, Pedro Ondo Engo, a indiqué qu’à travers des réformes antérieures, il était recherché l’harmonisation des programmes d’enseignement avec un système d’accumulation des crédits transférables, facilitant la reconnaissance des diplômes, la mobilité des enseignants, chercheurs et étudiants.

 

‘’Le point doit être fait dans ce domaine pour éviter d’accumuler les différences et peut-être des erreurs. La question de la formation technologique et professionnelle s’inscrit désormais parmi les premières priorités’’, a-t-il conclu.

 

Organe consultatif du conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC), la CRUROR/AC poursuit deux objectifs majeurs, dont la mutualisation des plateaux techniques et des ressources humaines et l’intégration par l’école considéré comme un puissant vecteur du nécessaire brassage des populations des six Etats membres de la CEMAC : le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée-Equatoriale, la République centrafricaine et le Tchad.

 

Source : Agence Gabonaise de Presse

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 01-03-2011 à 22:00:04

Observation et gestion de la forêt gabonaise depuis l'espace : Agence Spatiale Gabonaise


Création de l'Agence Gabonaise d'Etudes et d'Observations Spatiales : Terre, Climat, Homme (AGEOS-TECH) 

 

La forêt gabonaise sera bientôt placée sous haute surveillance grâce à un accord tripartite signé le 1er juillet 2010 entre l’Agence Spatiale Gabonaise, le Brésil et la France.

 

Le Conseil des Ministres du 25 février 2010 a adopté une ordonnance pour la création de l'Agence Gabonaise d'Etudes et d'Observations Spatiales : Terre, Climat, Homme (AGEOS-TECH). Depuis le 1er juillet 2010, un accord tripartite lie les Instituts de Recherche pour le Développement français (IRD), l’Institut de Recherche Spatiale brésilien (INPE) et l’Ageos.

 

Ce programme permettra le suivi de l'évolution du couvert forestier et du niveau de stockage de carbone au Gabon et dans le Bassin du Congo, qui est la 2ème plus grande forêt tropicale du monde. Les images satellites permettront de mieux appréhender l’exploitation forestière du joyau que constitue la forêt gabonaise.

L’ambition du gouvernement est de faire du Gabon un pôle d’excellence spatial. Le Projet de société du Président démontre ici sa globalité au travers de l’alliance des piliers du Gabon vert et du Gabon des services dans l’aventure spatiale gabonaise.

 

L’AGEOS-TECH permettra  aussi la création des PME/PMI dans le domaine des applications spécifiques telles que la surveillance maritime, la préparation des opérations d’assistance en cas des catastrophes naturelles (inondations, crues, glissement de terrain) le suivi et la préservation du littoral. La définition des instruments d’observation à bord des satellites étant de plus en plus  fine, ils permettent de voir des détails de l’ordre de 50 centimètres. Cette finesse des instruments notamment optiques facilite l’étude des schémas d’urbanisation, la mise en œuvre d’un cadastre de précision, la cartographie à grande échelle du territoire, les applications agricoles, la surveillance des frontières, etc..   

 ----------------------

Fédération PDG de France.

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Tous droits réservés Fédération PDG de France 2011