posté le 30-04-2011 à 17:58:25

Le gouvernement gabonais valide la création d’une société nationale d’hôtellerie et du tourisme

Le gouvernement gabonais a adopté, jeudi à Libreville, un projet de décret portant création et organisation de la société gabonaise d’hôtellerie et du tourisme (SGHT).

 

Société d’Etat dotée de la personnalité morale et jouissant de l’autonomie administrative et de gestion financière, la SGHT a pour missions de contribuer au financement des projets dans les secteurs de l’hôtellerie et du tourisme au Gabon, indique le communiqué final ayant sanctionné le conseil des ministres réuni jeudi à Libreville autour du président Ali Bongo Ondimba.

 

La Société gabonaise d’hôtellerie et de tourisme comprendra un conseil d’administration et une direction générale.

 

Le tourisme fait partie des secteurs porteurs sur lesquels compte le Gabon pour diversifier son économie, dans la perspective de l’après-pétrole.

 

Le gouvernement met ainsi l’accent sur le développement du tourisme et la promotion de la destination Gabon. La politique commence à porter des fruits.

 

Une activité croissante a été enregistrée dans le secteur hôtelier qui a réalisé en 2000 un chiffre d’affaires supérieur à 13 milliards de FCFA pour un taux d’occupation supérieur à 50%.

-------------------

Fédération PDG de France

Source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 27-04-2011 à 23:20:15

Les fonctionnaires sans logements dans le département de la Mougalaba

Les populations du département de la Mougalaba de la Ngounié, dans le sud du Gabon, ont dénoncé l'absence de logements de fonction pour les fonctionnaires et les responsables administratifs qui y sont affectés.

 

Les populations se plaignent notamment du fait que leur préfet, M. Eric André Zué, ne réside pas à Guiétsou, le chef-lieu du département. A l’instar de tous ses prédécesseurs, M. Zué réside à Mouila, le chef-lieu de province, à 96 km de la Mougalaba.

 

‘’Lorsque les autorités ne sont pas surplace, les administrés ne se sentent pas en sécurité’’, ont affirmé des ressortissants de la localité, à l’occasion d’une réunion convoquée, samedi dernier, par le préfet pour préparer la fête du travail, le 1er mai prochain.

 

Les populations ont demandé au préfet de s’installer à Guiétsou, même si son logement de fonction n’est pas tout à fait confortable, plutôt que de résider à Mouila.

 

Même les élus de Guietsou ont tendance à délaisser leur fief électoral pour Mouila.

 

Au cours de la réunion ayant regroupé les autorités locales et les notables ainsi que les agents des travaux publics qui exécutent des travaux d’entretien routier dans la localité, M. Eric André Zué a demandé aux uns et aux autres de s’investir pour la réussite de la fête du travail.

-----------------

Fédération PDG de France

Source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 27-04-2011 à 23:08:45

La SEEG réclame 18 milliards de fcfa à l'Etat Gabonais

La Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) a demandé à l’Etat gabonais de s’acquitter de sa dette de 18 milliards de FCFA, représentant notamment les consommations de 2009 et 2010.

 

Le gouvernement n’a pas encore réagi à la nouvelle mise en demeure qui lui a été adressée, au début de ce mois, par la SEEG qui exigeait une réponse dans les 15 jours, délai largement dépassé aujourd’hui.

 

Par ailleurs, dans un audit dont les résultats ont été publiés en février dernier, la SEEG a indiqué avoir rempli ses engagements et obligations, en termes d’investissements ou encore d’augmentation du taux de couverture, contenus dans le contrat de concession signé avec l’Etat gabonais en 1997.

 

‘’Les conclusions du rapport permettent de nourrir utilement les discussions entre l’autorité concédante et le concessionnaire, afin d’apporter les améliorations nécessaires à la concession et garantir l’avenir du secteur’’, avait indiqué la SEEG.

 

Dans sa réaction, le gouvernement avait affirmé que l’Etat a entrepris, sous la supervision du ministère de l’Energie et des Ressources hydrauliques, de combler le retard pris dans la réalisation des investissements dits restructurants, nécessaires pour répondre à l’augmentation de la demande, notamment celle émanant des ambitieux projets du Gabon Emergent.

 

Le 4 décembre 2009, le gouvernement gabonais, excédé par les perturbations récurrentes enregistrées dans la distribution de l’eau et de l’électricité à Libreville, avait décidé de la révision du contrat de concession signé en 1997 et qui court jusqu’en 2017.

 

Dénonçant l’obsolescence des termes d’un contrat signé il y a plus de 12 ans qui ne seraient plus adaptés aux besoins énergétiques croissants du marché national, les pouvoirs publics avaient notamment réclamé un audit de la SEEG qui devait déboucher sur une révision de la convention et de ses avenants.

 

Ils avaient également demandé la mise en place en 2010 d’une Agence de régulation du secteur de l’eau et de l’électricité, chargée du contrôle et de la planification des capacités d’adduction d’eau et de distribution d’électricité sur toute l’étendue du territoire national.

 

Aux récriminations de l’Etat, la SEEG avait répondu par la mise en place d’un ambitieux programme de renforcement des capacités de production et de distribution de l’eau et de l’électricité à Libreville et ses environs.

---------------

Fédération PDG de France

Source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 27-04-2011 à 22:50:13

Les forêts du Bassin du Congo jouent un rôle primordial dans la régulation climatique

Les forêts du Bassin du Congo jouent un rôle primordial dans la régulation climatique, selon un haut responsable de l’Institut de recherche en écologie tropicale (IRET), basé à Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo, dans le nord -est du Gabon.

 

‘’A l’échelle planétaire, nos forêts jouent un rôle primordial dans la régulation climatique’’, a affirmé, mardi à Libreville, le directeur de l’IRET, Alfred Ngomanda, à l’ouverture du 4ème séminaire-atelier ACP-Forenet/Afrique centrale sur la ‘’conservation et la gestion durable des forêts tropicales’’.

 

‘’La gestion durable des écosystèmes du Bassin du Congo impose désormais aux scientifiques africains d’acquérir une somme de connaissances plus importantes que par le passé, pour mettre en œuvre, de façon efficace, les projets de développement du continent africain’’, a déclaré M. Ngomanda.

 

Selon lui, la mise en place du réseau ACP-Forenet est en parfaite adéquation avec cette préoccupation en ce qu’ ‘’il apparaît comme un outil de recherche susceptible de contribuer à une meilleur connaissance de nos ressources naturelles’’.

 

Réseau d’institution et organismes de recherche des pays d’Afrique, des caraïbes et du pacifique (ACP) travaillant sur les questions d’écologie et de conservation des forêts tropicales, l’ACP-Forenet a démarré ses activités en mai 2008 à Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo, dans le nord -est du Gabon.

 

Le 4ème séminaire-atelier ACP-Forenet/Afrique centrale sur la ‘’conservation et la gestion durable des forêts tropicales’’ a été organisé par l’IRET avec l’appui du ministère gabonais de la recherche scientifique, de l’innovation et de la culture.

 

Les assises ont pour objectifs de renforcer la dynamique communautaire et la fédération des énergies pour une synergie d’ensemble dans la sous-région, faciliter la collaboration inter-régionale entre les institutions de recherche des ACP et de promouvoir la concertation en vue de développer, coordonner et harmoniser les thèmes, les programmes et les activités de recherche sur l’écologie des forêts tropicales.

-----------------

Fédération PDG de France

Source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 27-04-2011 à 12:36:38

Le Président Ali Bongo Ondimba dans la province de l'Ogooué-Lolo

Fidèle à sa feuille de route des conseils des ministres délocalisés, le Président de la République, son Excellence Ali Bongo Ondimba se rendra dans la province de l'Ogooué-Lolo le 30 mai 2011.

Le Chef de l'état visitera tous les départements de la Province selon le programme ci-après :

 
 
 
Koulamoutou
 Lastourville
Iboundji (Visite du village Pana)
Et Conseil des Ministres à Koula-Moutou
 

 Présentation de la province de l'Ogooué-Lolo 

L'Ogooué-Lolo est une province du Gabon. Son chef-lieu est Koulamoutou.

La Province de l'Ogooué-Lolo a une superficie de 25.380 km², soit environ 10% de la superficie nationale. Limitée au nord par la Province de l'Ogooué-Ivindo, à l'Ouest par la Province de la Ngounié, à l'Est par la Province du Haut-Ogooué et au Sud par la République du Congo.

 

                                                    Situation géographique de la province

 

L'Ogooué-Lolo comprend trois départements subdivisées eux-mêmes en cantons. Ces trois départements sont, par ordre d'importance, les suivants : la Lolo-Bouenguidi dont le chef-lieu est Koulamoutou, la capitale provinciale, Mulundu dont le chef-lieu est Lastourville et la Lombo-Bouenguidi avec pour chef-lieu Pana.

 

Le plus grand cours d'eau de la Province de l'Ogooué-Lolo est l'Ogooué, qui a donné son nom à chacune des provinces gabonaises qu'il traverse. Le département de Mulundu est situé sur sa rive gauche. Sur sa rive droite, c'est-à-dire au Nord de l'Ogooué, s'étend le pays Kota couvert par des plateaux ayant une altitude moyenne de 300 à 400 mètres.

 

                           Le fleuve Ogooué vu par satellite à 700 km d'altitude

Comme partout sur le territoire gabonais, le climat de l'Ogooué-Lolo est équatorial. Ce climat équatorial est de transition australe car il se traduit par la répartition des saisons en deux grands ensembles : les pluies et les rémissions des pluies. La petite rémission des pluies, nommée Kwélé, est beaucoup moins nette ; elle a une durée variable de deux à quatre semaines et intervient entre les mois de janvier et février. Les petites pluies, dénommées Pessamboula par les Adoumas, vont de mars à juin. La grande rémission des pluies, appelée Issighou ou Mangala, dure trois mois, de fin juin à fin septembre. Enfin il y a le Mbula ou Mboule, c'est-à-dire le moment où les grandes saisons sont nettement marquées. La pluviométrie est de 1700 mm au nord de la Province et croît jusqu'à 2000 mm au sud dans le massif du Chaillu.

 

Forêt équatoriale

La province de l'Ogooué-Lolo est couverte de la forêt équatoriale dans son ensemble. La forêt constitue un des plus grands facteurs déterminants de l'évolution de l'homme dans cette région.

------------------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

laitamata  le 27-04-2011 à 12:55:12  (site)

très intéressant tout ça ! Ton blog est très beau. Biz Messy Hey

 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Tous droits réservés Fédération PDG de France 2011