posté le 14-05-2011 à 12:27:09

Vers la création d’un Réseau des Commissions et administrations électorales des Etats d’Afrique centrale

Le projet des statuts portant création d'un Réseau des Commissions et administrations électorales des Etats d'Afrique centrale (RESEAC), est examiné pour adoption, depuis mardi dernier à Libreville, par les délégués des dix Etats membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC).

 

Le projet a été remis en mars dernier aux délégués de l’Angola, du Burundi, du Cameroun, du Congo, du Gabon, de la Guinée-Equatoriale, de la République centrafricaine (RCA), de la République démocratique du Congo (RDC), de São Tomé et Principe et du Tchad qui bénéficient également à Libreville d’une formation dans les domaines de l’observation électorale et de la résolution des conflits électoraux, dispensée par des experts du Bridge (Bâtir des ressources en démocratie, gouvernance et élections).

 

La 12ème conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC tenue à Brazzaville (Congo) en juin 2005 avait recommandé la création d’une unité d’appui électoral au sein du secrétariat général de l’organisation sous-régionale.

 

A la demande du Conseil de paix et de sécurité, réuni en février 2008, le Secrétariat général avait convoqué d’urgence une réunion des ministres de l’intérieur et de l’administration du territoire pour proposer une stratégie permettant d’organiser des élections libres et transparentes et pacifiques dans les pays d’Afrique centrale.

 

Un Réseau des commissions et administrations électorales a été crée à l’issue des assises tenues à Libreville (Gabon) du 9 au 11 mars 2010, par les présidents des Commissions électorales et des administrations électorales, afin de promouvoir les échanges d’expériences, l’organisation de formations conjointes et le développement de la coopération internationale en matière électorale.

 

La phase de lancement du projet RESEAC a eu lieu à Kinshasa (RDC) en avril 2010 alors que les assises de Libreville doivent consacrer le lancement des activités du réseau par les délégués de la CEEAC, qui examinent également dans la capitale gabonaise, le projet de création d’une école sous-régionale de formation en matière électorale, initié par l’ancien président de la Commission électorale indépendante (CEI) de la RDC, l’abbé Apollinaire Malu Malu.

---------------

Fédération PDG de France

source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 13-05-2011 à 23:24:50

Le Président Ali Bongo Ondimba, préside la seconde réunion du Conseil National sur les changements climatiques

 

  Le Président Ali Bongo ondimba

 

Crée le 23 avril 2010, le Conseil National sur les changements climatiques est placé sous l'autorité du Président de République. Désigné "Conseil Climat", il a pour mission l'élaboration et l'orientation stratégique de la politique nationale en matière de changements climatiques qui doit se traduire par la formulation d'un plan  Climat National. A ce titre, il est notamment chargé :

- de lutter contre les changements climatiques;

- de rémédier et d'anticiper le vulnérabilité du territoire et des populations face aux effets des changements climatiques;

- d'examiner, dévaluer et de donner un avis sur les propositions et projets en rapport avec les changements climatiques;

- d'accompagner la politique de développement du Gouvernement en matière de changements climatiques, grâce à une approche intégrée;

- de renforcer les capacités nationales, dans tout secteur d'activité, en matière de changements climatiques;

- d'établir un rapport sur ses activités;

- de veiller au respect des engagements internationaux signés par le Gabon;

- de nommer les négociateurs représentant l'Etat gabonais dans les réunions internationales relatives aux changements climatiques.

 

Mercredi 11 mai dernier, dans l'enceinte du palais du bord de mer, le Chef de l'Etat a présidé la seconde réunion du Conseil Climat. Le président a demandé que cette seconde réunion soit élargie à l'ensemble des membres du gouvernement, aux ambassadeurs et aux Directeur généraux des services publiques. rappelons que le prémière réunion du Conseil Climat s'est tenue le 25 mai 2010.

 

Après la présentation des résulats intérmediaires du Plan Climat du Gabon par M. Etienne Massard, représentant du président de la République dans le comité de Gestion, les ambassadeurs des USA et de France dans leurs interventions ont soutenus le processus du Plan climat national engagé par le Gabon. Le gabon est le seul pays en Afrique a avoir pris l'engagement à Copenhague en décembre 2009, de présenter son plan Climat à la conférence de décembre 2011 à Durban. 

 

 

  M. Etienne Massard
 

  L'Ambassadeur des USA
 

L'Ambassadeur de France
 

 

Dans son intervention, le Président Ali Bongo Onbimba a appelé l'ensemble des services publiques à s'inscrire dans ce processus. "Chacun d'entre nous compte. Chacun d'entre nous a sa part dans ce combat. dans cet esprit, changer le monde sera à notre portée. Nous devons agir ensemble, ici et maintenant, pour conduire l'Humanité vers un avenir en confiance. Agir ensemble, face à cette nouvelle conception qui s'impose à nous, à savoir, celle des biens publics mondiaux: l'air, l'eau, les forêts, la biodiversité. A cale, il faudrait aussi ajouter la santé, les connaissances, la sécurité et la bonheur des peuples"

 

« Un Plan Climat sera formulé au cours de l’année 2010 pour nous permettre de suivre un développement à faible émission de carbone.
La lutte contre le changement climatique n’est pas un choix. Elle est une obligation qui nous impose d’avoir une vision commune sur les moyens à mettre en oeuvre pour atteindre nos objectifs. » (Copenhague 2009)

 

Pour effectuer le suivi et l'évaluation du bilan carbone, le Gabon met ne place les outiuls suivants :

- Outil bilan carbone d’évaluation de projets;

- Agence Gabonaise d’Etudes et d’Observation Spatiale (AGEOS);

- Modèle national de prévision des émissions de Gaz à Effet de Serre.

Ces outils seront présentés en détail par l’administration publique au secteur privé, à la société civile et aux partenaires au développement afin qu’ils puissent être accessibles à tous pour une meilleure évaluation des impacts des projets et politiques publiques de développement.

--------------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 06-05-2011 à 23:37:30

Un forum national de la jeunesse pour identifier les problèmes des jeunes gabonais

Le président Ali Bongo ondimba envisage d’organiser un forum national de la jeunesse pour identifier les problèmes des jeunes et redéfinir la politique nationale en matière de jeunesse, selon le délégué de l’Union des jeunes du Parti démocratique gabonais (UJPDG, au pouvoir), Justin Tonda Mikwandza.

 

"Le chef de l’Etat ne veut pas que les jeunes subissent les décisions politiques. Il souhaite que nous devenions des acteurs des grandes orientations politiques qui nous concernent’’, a déclaré, jeudi dernier, M. Tonda Mikwandza devant plus de 700 jeunes du département et de la commune du Cap Estérias.

 

Il a ajouté que l’organisation de ce forum dont la date sera communiquée ultérieurement par le chef de l’Etat lui-même, servira d’occasion aux jeunes pour discuter directement avec lui et proposer des idées, en vue de la réalisation des projets de développement en faveur de la jeunesse du pays.

 

"Les jeunes devront saisir cette occasion pour proposer au chef de l’Etat ce qui est utile pour leur épanouissement et l’aider à bâtir une nouvelle politique de la jeunesse, qui tienne compte des vrais besoins des jeunes Gabonais", a expliqué le responsable de l’UJPDG.

 

"Il faudra vous exprimer avec sincérité, responsabilité et objectivité, en tenant compte non seulement de vos propres besoins, mais aussi de ceux de l’ensemble de la jeunesse gabonaise’’, a-t-il dit, ajoutant que ce forum ne concerne pas que les jeunes du parti au pouvoir, mais toute la jeunesse gabonaise, sans distinction de bord politique.

 

‘’Ce sera un rendez-vous républicain et non une rencontre politique’’, a-t-il précisé.

---------------

Fédération PDG de France

source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

NB  le 07-05-2011 à 07:12:05

Bonjour,

L'article sur le Forum National de la Jeunesse pour identifier les problèmes des jeunes gabonais est sincèrement une bonne initiative prise par notre Président, son excellence, Ali BONGO ONDIMBA, car ledit forum servira d'occasion aux jeunes pour discuter directement avec lui et proposer des idées relatives à leurs besoins.

Comme le dit, le Responsable de l'UJPDG "Ce sera un rendez-vous républicain et non une rencontre politique"

Aussi cette rencontre concerne toute la jeunesse gabonaise, sans distinction de bord politique.

J'espère vraiment que lors de ce forum, ces jeunes s'exprimeront clairement concernant les tous les besoins de l'ensemble de la jeunesse gabonaise et sur tous les plans : religieux, économique, culturel, politique, social...

Le Gabon de demain est entre les mains de ces jeunes. Bon courage et que Notre Dieu bénisse ce rendez-vous. N.B.

 
 
posté le 05-05-2011 à 23:43:31

L’Assemblée nationale lève l’immunité du député Mba Obame

L’Assemblée nationale gabonaise a finalement levé jeudi, l’immunité de M. André Mba Obame, député du 1er siège du département du Haut-Como, dans la province du Woleu-Ntem (nord), après une première tentative avortée mercredi.

 

La procédure a été approuvée par 79 députés, trois se sont prononcés contre alors que trois autres se sont abstenus, lors du vote à bulletin secret organisé à cette occasion.

 

Les députés du groupe des Forces du changement, constitué pour l’essentiel des élus de l’Union nationale (UN dissous) dont l’opposant Mba Obame était le secrétaire exécutif n’ont pas pris part à cette séance plénière de l’Assemblée nationale.

 

Mercredi, M. Mba Obame n’a pu accéder à l’hémicycle, empêché par des centaines de ses partisans qui tenaient à assister à la séance plénière.

 

Ces derniers ont été dispersés par un important dispositif des forces de l’ordre déployé devant le palais de l’Assemblée nationale.

 

Le 25 janvier 2011, M. André Mba Obame, qui fut ministre de l’intérieur sous le président Omar Bongo Ondimba, s’était autoproclamé président de la République et formé un gouvernement parallèle de 18 membres.

 

Il s’était ensuite réfugié dans les locaux du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) avec les membres de son gouvernement et quelques cadres de son parti dissous.

 

Le gouvernement gabonais avait dénoncé un ‘’acte de haute trahison’’, pronconcé la dissolution de l’Union nationale et rayé des effectifs de la fonction publique les agents de l’Etat nommés dans le gouvernement de Mba Obame.

 

Le député de Medouneu et ses partisans sont sortis des locaux du PNUD en février dernier, grâce à une médiation onusienne, alors que le président gabonais Ali Bongo Ondimba rencontrait à New York le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki Moon.

 

La levée de l’immunité de M. Mba Obame a été demandée par le ministre de la Justice Ida Reténot Assonouet, afin d’engager des poursuites judiciaires contre le secrétaire exécutif de l’UN, accusé d’avoir porté atteinte à l’ordre publique, à la sécurité et à l’autorité de l’Etat.

 

Candidat indépendant à l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009, Mba Obame est arrivé en 3ème position avec 25,33% des suffrages, derrière Pierre Mamboundou, classé 2ème avec 25,64% des voix et le président Ali Bongo Ondimba, vainqueur du scrutin avec 41,79% des suffrages.

------------

Fédération PDG de France

source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 05-05-2011 à 01:49:55

Developpement durable : La 2ème édition du Salon Gabon Durable se tiendra du 4 au 8 mai 2011 à la Cité de la Démocratie

La 2ème édition du Salon Gabon Durable se tiendra du 4 au 8 mai 2011 à la Cité de la Démocratie, à Libreville, sur le thème « Vivre autrement, pour vivre mieux ». L’édition précédente avait connu un succès retentissant.

 

Le Salon Gabon Durable constitue une vitrine exceptionnelle pour la promotion des multiples opportunités offertes par le Gabon en termes de développement durable.

 

De très nombreux domaines d’activités seront présentés : l’habitat, l’environnement, la sylviculture, l’agriculture, la géologie, les ressources naturelles, l’énergie, le tourisme, l’éducation, la formation, la protection de la santé, la salubrité, le traitement des déchets, l’assainissement ou encore le développement humain.

 

Le Salon Gabon Durable 2011 permettra de démontrer que le Gabon est désormais un partenaire économique d’avenir, fort de ses nombreuses activités industrielles et de ses richesses naturelles, ainsi que l’a souligné Alex Bita, PDG de la société Stella Marius et initiateur de l’événement.

 

Il est également question de promouvoir le partage d’expériences et la richesse des savoir-faire en matière de développement responsable. Une prime sera remise aux trois meilleurs projets de création d’entreprise au Gabon.

 

Plusieurs milliers de personnes sont attendues dans les allées de la Cité de la Démocratie pendant les 4 jours que durera le salon.

 

Plus d’informations sur le site du Salon Gabon Durable 2011 : http://www.gabondurable.com/

------------------------------

Fédération PDG de France

Source : Presse Présidentielle

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Tous droits réservés Fédération PDG de France 2011