posté le 10-07-2011 à 21:05:16

Première dame du Gabon : Engagements

 

Centre Mbandja

 

Le développement des organisations non étatiques est remarquable à l’échelle mondiale. Leur rôle, de plus en plus important dans le développement des pays et dans l’enracinement démocratique, est reconnu par les plus grandes instances nationales et internationales.

 

Mais toutes les associations, notamment en Afrique et au Gabon, ne peuvent pas jouer pleinement leur rôle dans la mesure où elles ne disposent pas toujours de ressources humaines, matérielles et financières conséquentes pour être véritablement fonctionnelles et opérationnelles.

 

Il est donc important de réfléchir à des solutions qui permettraient de renforcer leurs capacités afin non seulement qu’elles maîtrisent les outils permettant d’atteindre un fonctionnement interne optimal ; mais aussi qu’elles acquièrent les méthodes de gestion rationnelles, adéquates et efficientes, pour donner une meilleure visibilité et efficacités à leurs activités.

 

L’objectif principal étant que les associations soient de véritables acteurs du développement de leur pays, capables d’accéder à des financements nationaux ou internationaux, privés ou institutionnels.

 

Au Gabon, le développement du milieu associatif a connu un tournant décisif avec l’accès à la démocratie multipartite et la libéralisation de la vie publique, lors de la Conférence Nationale de 1991. On dénombrait alors une centaine d’associations. Aujourd’hui, environ 1 500 sont recensées, d’après les données du Ministère de l’Intérieur et de l’Administration du Territoire.

 

Mais très peu d’entre elles réussissent à exister réellement et à être reconnues par les autorités nationales et les organismes internationaux comme de véritables partenaires au développement.

 

La création d’un centre de ressource associatif – appelé Centre Mbandja – a pour objet de proposer différentes solutions de formation, d’encadrement, d’accompagnement et de suivi à l’attention des associations locales de développement et organisations non gouvernementales oeuvrant dans les champs de l’action humanitaire, de l’aide locale au développement.

 

Une attention particulière sera accordée aux  associations de femmes et/ou aux actions à l’endroit des femmes (promotion de la femme, droit des femmes, droit des veuves, promotion entreprenariat, accès au microcrédit, santé maternelle et infantile, etc.).

 

L’objectif général du Centre Mbandja est le renforcement des capacités des ONG, et particulièrement celles oeuvrant dans le domaine humanitaire et social en faveur de la femme.

---------------

Fédération PDG de France

Source : http://www.fondationsylviabongoondimba.org

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 07-07-2011 à 20:16:19

Ouverture de la 10ème conférence des ambassadeurs du Gabon à l’étranger lundi 11 juillet à Libreville

La 10ème conférence des ambassadeurs et des consuls généraux du Gabon à l’étranger se déroulera du 11 au 15 juillet prochain à Libreville, a annoncé jeudi, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Paul Bie Eyene au cours d’une conférence de presse.

 

Placée sous le thème : ‘’Pour une diplomatie au service du Gabon émergent’’, cette 10ème conférence verra la participation des 33 chefs des missions diplomatiques, de trois consuls généraux et des trois hauts représentants du Gabon auprès des institutions internationales.

 

Selon M. Bie Eyene, ce forum sera l’occasion pour ces diplomates de faire le point de l’action du pays à l’extérieur au cours de ces dernières années et de définir les contours du rayonnement de la diplomatie gabonaise sur la scène internationale.

 

‘’Le thème choisi cette année devra permettre à ces diplomates de jeter les bases d’une politique étrangère plus ambitieuse tel que préconisé par le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba’’.

 

En marge de ce forum, les ambassadeurs devront prêter serment vendredi devant les 9 sages de la Cour constitutionnelle, une innovation par rapport aux précédentes conférences des ambassadeurs.

 

La prestation de servent des ambassadeurs fait suite à un décret pris en 2000 mais dont la mise en œuvre n’est intervenue qu’en 2010 avec la prestation de serment de quatre chefs des missions diplomatiques, a indiqué une source proche du ministère des Affaires étrangères.

-------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 05-07-2011 à 23:34:20

Swati III, le Roi du Swaziland à Libreville

Swati III, le Roi du Swaziland, petit pays d’Afrique australe de 17.363 km2, enclavé entre l’Afrique du sud et le Mozambique, est arrivé lundi à Libreville pour une visite de 72 heures au Gabon qui sera sanctionnée par la signature d’un accord général de coopération.

 

Le Roi du Swaziland a été reçu mardi au palais de la présidence de la République sur le front de mer à Libreville par le président Ali Bongo Ondimba, qui a fait le déplacement de l’aéroport international Léon Mba lundi pour accueillir son hôte, vêtu de l’habit traditionnel Swazi.

 

Au cours de son séjour, Swati III effectuera notamment une excursion dans la réserve de Wonga-Wongué, au sud de Libreville.

 

C’est la première visite au Gabon du Roi Swazi qui doit quitter Libreville mercredi.

---------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

armani lunettes  le 07-07-2011 à 03:37:03  (site)

Wow, c'est une lecture très intéressante. Avez-vous pensé à soumettre des articles, des magazines?

 
 
posté le 04-07-2011 à 17:52:08

Le Président Ali Bongo Ondimba accélère son processus de réformes

 

Au cours de la conférence de presse qui a suivie le 6ème Conseil des Ministres délocalisé dans la province du Moyen Ogooué (28 juin 2011) que le Président Ali Bongo Ondimba a annoncé de nouvelles réformes visant à accélérer le processus d’émergence du Gabon.

Le Chef de l'état s'est exprimé sur plusieurs sujets :

 

La construction du CHU Albert Schweizer de Lambaréné

 

En juin dernier, lors de son voyage aux États-Unis, le Président Ali Bongo Ondimba a annoncé la création d’un Centre Hospitalier Universitaire international à Lambaréné.

L’approche développée pour le projet consiste à unir la science, les soins cliniques, la santé publique et la formation à travers un modèle de collaboration internationale et dans l’esprit « Schweitzerien » du respect de la vie et de tout être vivant.

L’objectif est de redonner à l’Hôpital Schweitzer un rôle moteur, par la modernisation et la spécialisation de ses activités, qui comprendront désormais la gestion hospitalière, la formation et finalement la recherche scientifique. Le traitement d’affection telles que la tuberculose, le VIH/Sida ou le paludisme y seront étudiés et traités. Cette unité, 1er CHU international permettra la coordination des efforts de l’Hôpital Albert Schweitzer, de l’Hôpital Régional de Lambaréné mais aussi de l’Université de Tübingen (Allemagne) et de l’Université d’Harvard (Etats-Unis). 

Les travaux devront démarrer avant la fin de l’année 2011 et se terminer en début 2013, pour la célébration du centenaire de la création de l’Hôpital par le Dr Albert Schweizer.

Cette institution aura la vocation de devenir un centre d’excellence pour la santé publique, référence sous-régionale et internationale

 

Réforme foncière

 

Dans le prolongement des mesures prises concernant l’habitat, lors du dernier Conseil des Ministres délocalisé de Koulamoutou le 1er juin dernier, le Président Ali Bongo Ondimba a instruit le Gouvernement de mettre en place dans les meilleurs délais des structures visant à améliorer l’exécution des procédures en matières cadastrales et domaniales.

Alors qu’il fallait, jusqu’à présent, au moins 5 ans pour prétendre à un titre foncier après un parcours de 134 étapes, ces structures, à guichet unique, allégeront la procédure de délivrance du titre foncier.

Sur le plan général, la mise en place de ces structures permettra à l’État :
- une maîtrise de la régulation foncière ;
- la production des règles d’occupation des sols et de construction à travers une planification urbaine ;
- la suppression des titres de propriété provisoire ;
- le renforcement de la propriété privée.

 

Réforme juridique

 

Afin de promouvoir la cohérence et la transparence au niveau de la gestion de la chose publique, il a été décidé la mise à jour des lois, codes (pétrolier, minier…) et textes d’application employés dans de multiples secteurs. Inspiré de la réforme de l’habitat, cette réforme juridique est un préalable à la croissance du Gabon et à l’atteinte d’un service public performant et de qualité.

A Lambaréné, une commission visant à superviser et à mettre en œuvre l’ensemble des projets relatifs à la mise à jour des différents codes et textes d’application a été officiellement mandatée.

Cette démarche qualité repose sur 4 domaines qui serviront de leviers d’action à l’administration afin de mieux répondre aux exigences rencontrées:

- La structure doit permettre d’éviter le cloisonnement des services et la redondance des missions qui leur sont confiées.
- Les processus doivent être simplifiés et permettre de gagner en efficience tout en intégrant les points de contrôle nécessaire à la prévention des risques.
- Les ressources humaines doivent posséder les compétences nécessaires à la réalisation des missions et être justement proportionnées.
- Les outils de gestion doivent être modernisés et profiter de l’éventail des possibilités offertes par les TIC.)

 

Elargissement des prestations de la CNAMGS aux étudiants inscrits sur le territoire national.

 

Afin d’avoir des ressources humaines compétentes, il est important que les jeunes gabonais puissent étudier dans les meilleures conditions possibles.

Il a été décidé de la prise en charge, par la CNAMGS, des soins de santé des étudiants gabonais inscrits sur le territoire national.

Cette mesure permettra dorénavant à tout étudiant gabonais boursier, au Gabon comme à l’étranger, de bénéficier équitablement d’une assurance maladie obligatoire et ainsi d’accéder aux soins de santé.

 

Réduction des coûts de facteurs dans le secteur immobilier

 

Dans le but de soutenir le développement durable de l’habitat social, Ali Bongo Ondimba a instruit le Gouvernement de produire sans délai des mesures concrètes visant à obtenir une baisse substantielle des coûts des matériaux de construction (ciment, sable, gravier, etc.). Il s’agit de mettre en œuvre des procédures de réorganisation de la filière de construction par l’appropriation de ce secteur par les nationaux. Le groupe de travail chargé de faire des propositions sera composé des Ministres des Mines et de l’Economie.

 

Harmonisation des Contrats de Conventions et de Concessions en République Gabonaise

 

Constatant, la multiplication des contentieux mettant en cause l’État à travers des contrats et conventions signés par les différents Ministères et Organismes, il a été décidé d’instaurer un visa de conformité de la Présidence de la République. Il concerne tous les titres miniers, les concessions de toute nature conduisant à un partage concessionnel du domaine régalien de l’État ainsi que tout contrat de type partenariat public/privé donnant naissance à des obligations de l’État.

Ce visa de conformité a pour objectif l’harmonisation des contrats et conventions en République Gabonaise.

A titre de rappel, seul le Ministère de l’Economie, sur délégation des pouvoirs du Président de la République, est habilité à négocier et à engager l'État dans les opérations de prêts, emprunts, subventions, renégociation de dettes, conventions, concessions et licences dans tous les domaines de développement économique et social (ports, rades, télécommunications, infrastructures, énergie et eau).

Néanmoins, cette délégation reste soumise à un visa de conformité de la Présidence de la République en vue de garantir l’opportunité des engagements pris par l’Etat.

« Je demande au Ministre des Affaires Etrangères de le notifier à nos partenaires au développement pour qu’en cas de non respect de cette disposition, les contrats soient nuls et non avenus » a déclaré le Chef de l’État.

 

Commission chargée de travailler sur la reconnaissance légale des mariages coutumeirs et religieux

 

Dans le prolongement des questions relatives à la protection de la veuve et de l’orphelin, le Président de la République a décidé de créer une Commission Spéciale chargée de réfléchir sur les modalités pratiques de la reconnaissance légale des mariages coutumiers et religieux. A titre de rappel, le Gabon est à l’origine de la résolution onusienne portant création d’une Journée internationale des Veuves les 23 juin.

 

S'agissant particulièrement de la Province du Moyen-Ogooué

 

Ces deux jours dans la région du Moyen-Ogooué ont permis au Président de constater que les populations sont confrontées à de nombreuses difficultés.

« Conformément à ma vision de prospérité partagée, je voudrais vous rassurer que des instructions ont été données au Gouvernement pour que des solutions soient trouvées et de m’en rendre compte si besoin en était » a déclaré le Président gabonais.

Toutefois, le Chef de l’État s’est félicité de l’état des routes dans la province du Moyen Ogooué, ainsi que des travaux en cours de réalisation sur les Tronçons Ndjolé-Médoumane, Lambaréné-Fougamou, qui respectivement desservent dans de bonnes conditions le Nord et le Sud Ouest et qui démontrent l’importance de cette région en matière d’échanges commerciaux.

« C’est un modèle de réussite qui doit être repris dans l’optique du maillage routier du territoire et qui doit être repris dans l’esprit des corridors de développement routier que j’entends mettre en place » a ajouté Ali Bongo Ondimba.

Il a ainsi demandé au gouvernement de veiller à l’entretien de ce réseau routier afin que ce patrimoine soit conservé.

Afin d’améliorer les conditions de vie des habitants de cette région, plusieurs mesures ont été prises :

• L’électrification des axes Kango-Bifoun-Lambaréné et Bifoun-Ebel-Abanga-Ndjolé ;

• La construction du barrage hydro-électrique des Chutes de l’Impératrice Eugénie qui permettra d’alimenter la province du Moyen-Ogooué ;

• La poursuite des travaux de la route nationale Ntoum-Bifoun ;

• L’intégration à l’agenda de l’Agence Nationale des Grands Travaux (ANGT), les études de faisabilité relatives au port fluvial et lagunaire permettant la navigation de l’Ogooué en toute saison ; la réalisation de ce projet va permettre des liens alternatifs entre Lambaréné-Ndjolé et Lambaréné-Port-Gentil ;

• Le renforcement des capacités opérationnelles de l’Administration par l’octroi de 22 véhicules ;

• En ce qui concerne l’achèvement des travaux des fêtes tournantes, l’instruction a été donnée au gouvernement de reprendre ces chantiers après la CAN 2012 pour tenir compte du besoin de financement important de ces travaux ;

• La couverture radio-télévision pour toute l’étendue du territoire national y compris la province du Moyen-Ogooué des matchs de la CAN: la COCAN est chargée en collaboration avec le Ministère de la Communication et de l’Economie Numérique et l’Agence Nationale des Infrastructures Numériques et des Fréquences (ANINF) de procéder à l’exécution du budget prévu à cet effet.

Après les conseils des ministres délocalisé de Port Gentil, d’Oyem, de Tchibanga, de Makokou et de Koula-Moutou, ce Conseil des Ministres délocalisé a permis au Président Ali Bongo Ondimba de réitérer sa volonté de promouvoir la bonne gouvernance et d’aller à la rencontre des migovéens. 

---------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 03-07-2011 à 22:19:29

Environnement : Le mont Iboundji dans l'ogooué-Lolo classé sanctuaire de biodiversité

Le mont Iboundji, un des plus hauts du Gabon, qui culmine à 1575 m, a été classé sanctuaire de la biodiversité par une commission de classement qui vient de se tenir à Koula-Moutou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Lolo, dans le sud-est du pays.

 

‘’Le mont Iboundji a une forte potentialité biologique et touristique. Il est constitué des forêts montagneuses avec plusieurs richesses’’, a déclaré le Secrétaire général de province, M. Michel Kombé, qui a présidé la commission, indiquant que son classement en sanctuaire de la biodiversité sera un facteur de démarrage économique pour la localité du même nom.

 

‘’Sa mise en œuvre prendra en compte l’intérêt des populations locales’’, a ajouté M. Michel Kombé, soulignant que le classement du Mont Iboundji comme sanctuaire de biodiversité entre dans le cadre de la politique du gouvernement gabonais en matière de protection de l’environnement qui s’est traduite en 2002 par la création d’un réseau de treize parcs nationaux.

 

Selon lui, le Gabon s’est fixé pour objectif de classer quatre millions d’hectares en aires protégées, (75% du territoire national) qui peuvent être des réserves naturelles intégrales, des jardins géologiques, des sanctuaires d’espèces animales et végétales, des réserves de faune, des parcs nationaux ou des domaines.

 

‘’La promulgation le 31décembre 2001 de la loi 16/01/ portant code forestier impliquant l’aménagement durable des forêts, l’aménagement de la faune et des aires protégées, l’industrialisation de la filière bois et l’implication des populations locales dans la gestion des ressources naturelles constituent des axes majeurs de cette politique’’, a expliqué le Secrétaire général de province qui avait à ses côtés, Mme Nathalie Nyare, un conseiller technique du ministre gabonais des eaux et forêts.

 

‘’La sauvegarde de la biodiversité est devenue un enjeu planétaire pour les générations présentes et futures, a-t-il dit, soulignant qu’elle vise globalement l’utilisation rationnelle et durable des ressources naturelles, comme facteur du développement de nos pays et de lutte contre la pauvreté.

-----------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

Igore  le 08-07-2011 à 06:59:17

Conference des Ambassadeurs/une premiere ces derniers vont preter serment de s'engager d'agir avec honneur,honnetete dans la representation du pays.nous osons croire que le Gabon ne sera plus la risee des membres des autres pays a l'etranger.Ces derniers favorisent l'entree au gabon des terroristes,delivrent les visas les yeux fermes car ce qui compte c'est l'argent qui rentrent dans leurs comptes bancaires prives.La question que l'on se pose,est-ce qu'apres serment ces messieurs mettront fin au detournement des deniers publics?
Pour l'emergence de notre pays ,soutenons le PR en denoncant ces bassesses qui ne nous grandissent pas.
Si nos compatriotes ds les Ambassades denoncaient les agissements de leurs excellences qui oppriment a longueur du temps leurs collaborateurs,on aidera le pays a avancer>

 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Tous droits réservés Fédération PDG de France 2011