posté le 22-07-2011 à 10:20:15

Pratiques et méthodes pédagogiques en sciences de l’information au centre d’un atelier à l’université de Libreville

Les pratiques et méthodes pédagogiques en sciences de l’information sont au centre d’un atelier international qui s’est ouvert mercredi à l’Université Omar Bongo (UOB), à l’initiative du Département des sciences de l’information et de la communication (DSIC) en partenariat avec l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

 

L’atelier de quatre jours (20-23 juillet) est destiné à renforcer les capacités des enseignants de ce nouveau département de la Faculté des lettres et des sciences humaines (FLESH), crée en janvier 2010.

 

‘’Le faible niveau ou l’absence de formation a longtemps été cité comme l’une des principales causes de la qualité approximative du contenu des journaux et productions des médias au Gabon’’, a déclaré le représentant de l’UNESCO, Boubacar Camara, à l’ouverture de l’atelier qui enregistre la participation d’enseignants venus du Cameroun et de la Côte d’Ivoire, deux pays ayant une expertise avérée dans la formation en science de l’information et de la communication.

 

Selon M. Camara, en choisissant d’adopter les cursus modèles de formation en journalisme élaborés par l’UNESCO, les prometteurs du département de sciences de l’information et de la communication de l’université Omar Bongo veulent hisser la formation des journalistes gabonais au niveau des standards internationaux.

 

Pour sa part, la doyenne de la FLESH, Monique Mavoungou, a indiqué que l’atelier a également pour objectif de rendre homogène les enseignements dispensés au sein du département des sciences de l’information et de la communication, afin d’atteindre l’excellence et le professionnalisme dans les métiers de la communication et la recherche scientifique dans ce secteur au Gabon.

 

La rencontre de la capitale gabonaise, vise par ailleurs à partager les expériences en matière d’enseignements du journalisme et de la communication et revisiter les bonnes pratiques et approches pédagogiques au niveau universitaire.

 

Crée en janvier 2010 au sein de la FLESH, le département des sciences de l’information et de la communication recrute les étudiants de niveau de la licence 3. Il prépare au master professionnel en journalisme et au master recherche en science de la communication.

 

Selon le chef de ce département, le Maître de conférences Georice Bertin Madebé, la première promotion compte cinquante étudiants inscrits dont le cursus s’achève dans deux ans.

---------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 21-07-2011 à 17:40:24

Manœuvre médico-militaire à Tchibanga

Une manœuvre médico-militaire a débuté lundi dernier à Tchibanga, chef-lieu de la province de la Nyanga, dans le sud du Gabon, menée par la Direction générale du service de santé militaire (DGSSM) appuyée sur le plan logistique par la gendarmerie Nationale.

 

Le Secrétaire général du Ministre de la Défense nationale, le Général d’armée Robert Mangolo Mvoulou, a officiellement lancé l’opération qui mobilise 262 personnes, dont des médecins, des spécialistes et autres praticiens.

 

La manœuvre d’une semaine a pour but d’assurer des soins médicaux gratuits et de permettre à la majorité de la population d’avoir accès aux médicaments, a expliqué le directeur de la manœuvre, le médecin général Romain Tchoua.

 

A travers ces activités médicales gratuites, la Direction générale du service de santé militaire voudrait non seulement garder le caractère opérationnel du service tout en assurant la complémentarité de l’action du Ministère de la santé mais aussi démontrer la capacité du SSM à contribuer à l’amélioration de l’état de santé des populations dans le cadre du concept « Armée-Nation », a souligné le général Tchoua.

 

‘’Nous sommes à pied d’œuvre et toutes les équipes sont en place pour le démarrage effectif de la manœuvre qui sera conforme au profil épidémiologique que nous avons dans la province’’, a-t-il déclaré.

 

‘’En terme de déploiement, nous avons un hôpital médico-chirurgical de campagne à Tchibanga, un poste médico-chirurgical de campagne à Mayumba et des postes médicaux avancés dans les autres chefs-lieux des Départements‘’, a-t-il ajouté.

 

Le ministre de la Défense nationale Pacôme Rufin Onzounga est attendu à Tchibanga pour visiter les différents sites où se déroulent les activités médicales.

 

Des manœuvres médico-militaires similaires se sont déjà déroulées dans plusieurs autres provinces du pays, conformémement à une tradition vieille de plusieurs années déjà.

-------------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 21-07-2011 à 17:24:40

Décès d’un ancien vice-Premier ministre gabonais

L’ancien vice-Premier ministre gabonais Simon Essimengane est décédé mardi à Libreville à l’âge de 81 ans, des suites d’une maladie.

 

Le décès a été rendu public mercredi par la famille du disparu qui fut un ancien hiérarque du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir).

 

Selon des sources proches de sa famille, Simon Essimengane a rendu l’âme dans la nuit de mardi à mercredi au Centre hospitalier de Libreville (CHL) où il a été transporté suite à une aggravation subite de son état de santé le 19 juin dernier.

 

Ancien vice-Premier ministre sous le gouvernement de l’ancien Premier ministre Léon Mba au milieu des années 1980, Simon Essimegane a disparu de la scène politique nationale lors de l’avènement du multipartisme en 1990.

 

Des sources concordantes affirment cependant que cet ancien administrateur civil (il a été préfet dans les années 1960) était resté un proche collaborateur du défunt président Omar Bongo Ondimba.

 

Il marquera son retour au devant de la scène lors des élections sénatoriales de 2008, à l’issue desquelles il est élu conseiller départemental, puis sénateur du département du Ntem, dans le nord du Gabon, un siège qu’il perdra après son engagement dans l’opposition, lors de l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009.

 

L’une de ses dernières apparitions publiques remonte à mai dernier, lors de l’ultime concertation politique initiée par le président Ali Bongo Ondimba concernant l’introduction ou non de la biométrie dans le fichier électoral.

 

Simon Essimengane a été invité à la concertation en tant qu’ancien vice-Premier ministre.

 

Hormis la politique, l’illustre disparu était également un membre influent de l’Eglise évangélique du Gabon (EEG). Il aura notamment joué un rôle crucial pour l’unité de l’EEG, après son éclatement.

-------------------

Fédération PDG de France

source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

OREMA GOGARE  le 26-07-2011 à 01:20:07

Le défunt était Vice-Premier Ministre dans le Gouvernement de Monsieur Léon MEBIAME et non Léon MBA. Merci

 
 
posté le 20-07-2011 à 10:47:48

Visite du PM français François Fillon à Libreville : une coopération économique fructueuse entre le Gabon et la France

Le Premier Ministre français, François Fillon, a effectué du samedi 16 au dimanche 17 juillet 2011 une visite de travail, la première du genre, au Gabon. Son séjour, qui s’est limité à la capitale gabonaise, Libreville, a été dominé par les questions économiques.
 
A la tête d’une forte délégation d’hommes d’affaires, le chef du gouvernement français était accompagné de plusieurs de ses collaborateurs, notamment Henri De Raincourt, Ministre auprès du Ministre d’Etat, Ministre des Affaires étrangères et européennes ; Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, chargé du Commerce extérieur, en charge de la Coopération ; David Douillet, secrétaire d’Etat auprès du Ministre d’Etat, Ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé des Français de l’étranger.
 
Accueilli à l’aéroport international Léon Mba par son homologue gabonais, Paul Biyoghé Mba, le Premier Ministre François Fillon a été ensuite reçu, dans la soirée, au palais de la présidence de la République par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. Au même moment, plusieurs Ministres gabonais et ceux de la délégation française se retrouvaient pour une séance de travail. La journée s’est achevée par un dîner offert par le chef de l’Etat gabonais.
 
Un nouveau partenariat stratégique décomplexé, ouvert et multiforme

A l’occasion, le Premier Ministre français s’est réjoui du rôle du Gabon au sein du Conseil de sécurité et de sa position face aux crises ivoirienne et libyenne. Il a ensuite magnifié la coopération franco-gabonaise, rappelant que la visite de Nicolas Sarkozy, en février 2010, a été le point de départ d’un « nouveau partenariat stratégique » décomplexé, ouvert, et multiforme. La prévention des conflits en Afrique et les opérations de maintien de la paix intègrent ces relations qui font du Gabon un acteur de premier plan qui abrite dans la sous-région, côté Atlantique, l’unique base militaire de l’Hexagone.
Le Président gabonais a, pour sa part, souhaité le renforcement de cette coopération déjà exemplaire. Les accords entre les deux pays, revus en février 2010, ont pris un nouvel essor, notamment avec la création du Conseil franco-gabonais des affaires, la signature d’une convention entre le MEDEF et le patronat gabonais… La mise en valeur du patrimoine naturel du Gabon, la lutte contre les changements climatiques, la préservation de la biodiversité et de l’écosystème, l’appui de la France dans la mise en place du Plan climat, la création de l’Agence gabonaise d’études et d’observations spatiales, le renforcement des dispositifs militaires, ce sont là quelques-uns des nombreux domaines qui enrichissent et étoffent le partenariat entre le Gabon et la France.
 
Une signature d’accord a eu lieu entre ETDE, filiale du groupe Bouygues, et le ministère gabonais de l’Energie, sur le Réseau interconnecté du Nord. D’un montant de 48 millions d’euros (plus de 38 milliards de francs CFA), cette convention permettra le développement de l’énergie dans la province du Woleu-Ntem, à travers l’installation de lignes haute tension entre les villes d’Oyem et de Bitam. Ce contrat est la suite d’un premier accord signé lors de la visite du Président français en 2010 pour l’installation de l’électricité entre les villes de Mitzic et Oyem. Un tel projet favorisera l’implantation d’entreprises industrielles dans le Gabon profond
 
Une autre convention a été conclue entre LIGNAFRICA (Rougier et Cassagne associés) et le Ministère des Eaux et Forêts, pour la valorisation des plantations d’okoumé et le développement de nouvelles plantations de bois d’œuvre au niveau du périmètre de reboisement de la Mvoum. En outre, une usine de contreplaqués sera construite. Le coût d’investissement dans le cadre de cet accord sera de 23 millions d’euros, soit plus de 15 milliards de francs CFA.
 
Le Forum économique : l'appui de la France au secteur privé gabonais

Le dimanche 17 juillet a été l’opportunité pour les hommes d’affaires gabonais de rencontrer, à l’hôtel Méridien Ré-Ndama, leurs partenaires français. Il est ressorti des exposés et autres communications que le Gabon et la France se sont résolument engagés dans une relation de coopération utile, dynamique et bénéfique pour les deux parties.
 
La vision de l’Avenir en confiance est progressivement mise en œuvre par le gouvernement, notamment à travers des réformes susceptibles de rendre les acteurs économiques locaux plus compétitifs. La France vient en appui à cet effort déjà appréciable dans le développement des infrastructures, la formation des cadres, les mécanismes de promotion des investissements et des exportations, la modernisation du cadre juridique et judiciaire, le recadrage des activités des établissements de financement tels que la Banque gabonaise de développement (BGD)…
 
Ces nouvelles priorités de l’Etat gabonais intéressent la France, ainsi que l’a souligné le secrétaire d’Etat français au Commerce extérieur, Pierre Lellouche. L’Hexagone et le Gabon vont s’atteler à valoriser un peu plus cette politique dont les populations récolteront à coup sûr les dividendes. L’agriculture et la formation professionnelle feront partie de ces secteurs où la France va davantage s’investir, notamment en apportant un soutien financier de près de 16 millions d’euros (environ 10 milliards de francs CFA) dans le domaine agricole, et 12 millions d’euros (8 milliards de francs CFA) pour la formation.
La tenue du forum des affaires a également permis la signature de trois accords:
Le premier a été conclu entre la Confédération patronale gabonaise (CPG), que dirige Henri-Claude Oyima, et le Mouvement des entreprises françaises (MEDEF). Il s’agit d’un protocole visant à conduire des actions synergiques, en l’occurrence à travers le renforcement des capacités des entrepreneurs gabonais.
Le deuxième accord a été signé entre la Chambre de commerce et d’industrie de Libreville et HEC, qui est une émanation de la Chambre de commerce de Paris, pour former les cadres du secteur privé. Dans cette optique, l’ouverture, dans les prochains mois, d’une école de commerce est attendue.
La troisième convention, entre le ministère de l’Economie du Gabon et l’Agence française de développement (AFD), concernait la conversion de la dette gabonaise. Evalué à 1,5 million d’euros (680 millions de francs CFA), cet accord permettra au Bureau industrie bois (BIB) d’apporter un appui à la politique d’industrialisation de la filière bois lancée par le chef de l’Etat gabonais.
 
Au cours cette visite, le Gabon a présenté à la délégation française l'état d'avancement du projet d'installation d'une station de reception des données satellites. Ce projet de Surveillance Environnementale Assistée par Satellite (SEAS), piloté par l'Agence Gabonaise d'Etudes et d'Observation Spatiales (AGEOS) en partenariat avec l'Institut français de Recherche en Développement (IRD) est le premier pôle international de compétence situé en Afrique centrale dans  le domaine des technologies spatiales.
 
La visite du Premier ministre François Fillon a donc été une opportunité de plus pour Ali Bongo Ondimba de renforcer avec la France un partenariat pragmatique et réaliste en faveur du Gabon émergent.
------------------------
Fédération PDG de France
Source : Presse présidentielle
 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 16-07-2011 à 18:53:34

Le Premier Ministre français François FILLON en visite à Libreville ce samedi 16 juillet 2011

Le Premier Ministre français François FILLON en visite officielle ce samedi 16 juillet au Gabon sera reçu en audience par le Président Ali BONGO ONDIMBA.

 

Au cours de cette visite, plusieurs contrats seront signés.

 

Le Premier Ministre français assistera à une présentation de l'Agence Gabonaise d'Etudes et d'Observation Spatiale (AGEOS) et des Parcs Nationaux.

----------------

Fédération PDG de Français

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Tous droits réservés Fédération PDG de France 2011