posté le 13-08-2011 à 11:14:00

Un défilé ouvre la 12ème édition des fêtes des cultures du Gabon

Un imposant défilé des troupes socioculturelles a ouvert vendredi à Libreville, la 12ème édition des fêtes des cultures, placée sous le thème : ‘’Identités créatrices et patrimoine en partage’’.

 

Hormis, les communautés autochtones, les communautés étrangères établies au Gabon ont également pris part à la parade sous le regard admiratif du Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba.

 

‘’La culture étant l’identité d’un peuple il est important de la célébrer’’, a déclaré M. Biyoghe Mba, lançant les manifestations prévues pour s’achever dimanche.

 

Des prestations culturelles sont prévues dans les six arrondissements de Libreville et la commune voisine d’Owendo.

------------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 12-08-2011 à 12:40:40

Coup d’envoi ce vendredi de la 12ème édition de la fête des cultures

Le Président gabonais Ali Bongo Ondimba donnera vendredi à Libreville, le coup d’envoi de la 12ème édition de la fête des cultures, placée cette année sous le thème ''Identités créatrices et Patrimoine en partage''.

 

Un défilé des groupes socioculturels en provenance des neuf provinces du pays est prévu au boulevard de l’indépendance, sur le bord de mer de la capitale gabonaise, à l’occasion du lancement de la fête des cultures qui, depuis plus d’une décennie, célèbre la diversité des peuples du Gabon.

 

"Devenue au fil des ans l’incontournable moment d’échanges entre les peuples qui habitent ce pays et ceux qui y demeurent un temps, la fête des cultures a su, édition après édition, magnifier la diversité culturelle nationale", souligne un document du ministère de la culture.

 

Expositions des produits du terroir, animations socioculturelles, vernissages vont rythmer cette manifestation de trois jours, lancée en 1997 par l’ancien de maire de Libreville, le père Paul Mba Abessole, leader du Rassemblement pour le Gabon (RPG-majorité).

 

Des prestations culturelles sont prévues dans les six arrondissements de Libreville et la commune voisine d’Owendo.

 

Après une éclipse de deux ans (2000-2002), la fête des cultures a refait surface en 2003 et son organisation a été confiée au ministère de la Culture qui a tenté de la délocaliser à l’intérieur du pays ou chaque province devait l’accueillir à tour de rôle.

 

En 2004, la province du Haut-Ogooué a été la première à organiser la fête des cultures. Depuis lors, l’expérience ne s’est jamais plus renouvelée.

 

La 12ème édition de la fête des cultures s’achève dimanche prochain.

--------------------

Fédération PDG de France

source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 11-08-2011 à 16:06:13

Le PDG conserve la mairie de Port-Gentil, la 2ème ville du Gabon

Le Parti démocratique gabonais (PDG au pouvoir) a conservé la mairie de Port-Gentil, la capitale économique du Gabon (ouest), grâce à l'élection de son candidat Bernard Apérano par 62 voix sur 63, à l'issue d'un vote à bulletin secret qui s'est déroulé mercredi.

 

Unique candidat en lice pour le scutin, M. Apérano, par ailleurs, secrétaire provincial du PDG, a été élu au premier tour.

 

Il succède à M. André Jules Ndjambé, un autre cadre du parti au pouvoir, dont la gestion était fortement contestée par les conseillers municipaux de l’opposition, notamment ceux de l’Union du peuple gabonais (UPG) et de l’Alliance nationale des bâtisseurs (ANB) qui occupent 40 des 63 sièges du Conseil municipal.

 

L’élection d’un nouveau maire met fin à la crise qui secoue le conseil municipal de Port-Gentil, paralysé depuis près de deux ans par l’absence d’un budget d’investissement.

 

Après avoir boycotté, le 7 décembre 2010, les travaux préparatoires du conseil municipal pour contester le maire André Jules Ndjambé, les conseillers municipaux de l’opposition étaient passés à l’action le 11 décembre en boycottant le budget municipal, arrêté à plus de 9 milliards de FCFA, mettant à mal l’accord de cogestion conclu le 22 mai 2009 autour du président Omar Bongo Ondimba

 

Cet accord pour la gestion commune de Port-Gentil engageait notamment le PDG, l’UPG, l’ANB, l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD) de Zacharie Myboto, l’Alliance démocratique et républicaine (ADERE) de l’ancien vice-président Didjob Divungi Di Ndingue et l’indépendant Tchango.

 

Dans une brève allocution peu après son élection, le nouveau maire a invité l’ensemble des conseillers municipaux de la commune à écrire une nouvelle page de l’histoire de Port-Gentil, sans pour autant "froisser l’ancienne".

 

M. Apérano a demandé aux uns et autres de l’aider à réaliser les engagements qu’il a pris et salué tous les acteurs politiques ayant fait avancer le débat politique pour sortir du blocage, notamment le président de l’UPG, Pierre Mamboundou, le président du Parti pour le développement et la solidarité sociale (PDS-opposition), Me Séraphin Ndaot Rembogo, et le président de l’Alliance nationale des bâtisseurs (ANB-opposition), Guy Roger Réteno Ndiaye.

 

"Je formule un maintien d’une seule vision et d’une seule pensée, celle du développement de notre chère ville, Port-Gentil, et je voudrais compter sur l’ensemble des conseillers municipaux qui m’ont accordé leur confiance, pour entretenir l’esprit de nouvelle cohésion qui intègre désormais de nouvelle composante", a déclaré le nouveau maire.

 

La main sur le coeur, il s’est engagé à servir et à être à l’écoute de tous et à inscrire son action pour le futur.

 

"Nous ne reviendrons pas sur le passé, car il est question d’avancer et de donner à la capitale économique gabonaise, les moyens humains, matériels et financiers utiles à son effort", a-t-il conclu.

 

Pour sa part, le sénateur Franck Flavien Rebella, élu de l’ANB, s’est réjoui de voir le conseil municipal repartir sur de nouvelles bases.

 

"Une page sombre de l’histoire de la commune de Port-Gentil vient de se tourner avec le départ du maire André jules Ndjambé", a-t-il dit, ajoutant qu’il est inutile que l’on revienne sur les épopées qui ont conduit à son éviction.

 

"S’agissant du nouveau maire, nous pensons qu’il va se mettre à l’épreuve, qu’il est suffisamment intelligent pour ne pas marcher sur les pas de son prédécesseur" a poursuivi M. Rebella.

 

"Le vote massif de la quasi majorité des conseillers municipaux en sa faveur démontre qu’ils sont d’accord pour travailler avec le nouveau maire", a-t-il conclu.

-------------------

Fédération PDG de France

source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 10-08-2011 à 01:10:48

Emporté par la mer à Port-Gentil, un vieillard retrouvé vivant sur une plage non loin de Libreville

Un vieillard de 94 ans, emporté par la mer à Port-Gentil, la capitale économique gabonaise à 144 km au sud-ouest de Libreville, a été retrouvé vivant, vendredi dernier au Cap Santa Clara, à une trentaine de km au nord de la capitale gabonaise.

 

Francis Ignanga, âgé de 94 ans, a été emporté par la mer à Port-Gentil, à bord de sa pirogue, au milieu du mois de juillet, au cours d’une partie de pêche.

 

Alors que toute sa famille le croyait mort, le vieillard a été retrouvé bien vivant, après avoir dérivé pendant trois semaines avec sa pirogue qui a échoué par bonheur sur la berge d’une plage du Cap Santa Clara.

 

Informées de sa présence par le chef de regroupement Thérèse Ngueyeno, les populations du Cap Santa se sont portées à son secours. "Nous avons été alertés par le chef de regroupement et nous sommes partis aussitôt sur les lieux", a indiqué un villageois.

 

"Le vieux était trop épuisé. Il a passé plus de trois semaines sans manger", a ajouté la même source.

 

Le vieux naufragé a raconté sa mésaventure aux villageois médusés : "J’étais allé pêcher en mer au milieu du mois de juillet... Le moteur de ma pirogue est tombé en panne. Alors, j’ai placé une voile".

 

"J’ai dérivé, agrippé à ma pirogue, au gré du vent qui m’a entrainé un peu partout", a indiqué le vieil homme, ajoutant : "Je n’avais rien à manger et je ne buvais que l’eau de mer".

 

Le vieux Ignanga a indiqué n’avoir eu pour seuls compagnons, au cours de cette rocambolesque aventure, que les oiseaux qui venaient faire leurs nids dans sa pirogue.

 

Le vieux naufragé a révélé avoir été témoin de "scènes étranges" dont il s’est refusé de parler pour le moment. "J’ai vu beaucoup de choses dans la mer mais je préfère me taire pour le moment", a-t-il dit, soulignant que "c’est grâce à Dieu que je suis en vivant".

 

"Je vais consacrer le reste de ma vie au Seigneur", a déclaré le vieux naufragé qui a été accueilli à la brigade de la gendarmerie du Cap Estérias, non loin du Cap Santa Clara, en attendant de rejoindre sa famille à Port-Gentil.

 

M. Ignanga a lancé un appel à toutes les bonnes volontés, afin de trouver les moyens financiers pouvant lui permettre de ramener sa pirogue chez lui à Port-Gentil, où il vit avec sa famille depuis plus de 40 ans.

--------------

Fédération PDG de France

source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 09-08-2011 à 19:14:58

Journée nationale du drapeau : 2ème édition

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a donné, mardi après-midi au palais de la présidence de la République à Libreville, le coup d’envoi des manifestations de la 2ème édition de la journée nationale du drapeau.

 

Célébrée le 9 août de chaque année, depuis son arrivée à la magistrature suprême, cette journée a été instituée par le chef de l’Etat gabonais pour développer et renforcer le civisme chez ses compatriotes, conformément à une décision prise lors de l’un des tout-premiers conseils des ministres de son septennat, le 5 novembre 2009.

 

Les manifestations de la journée nationale du drapeau se déroulent généralement en deux phases dont la première, ponctuée d’allocutions, de visites de stands, de distributions de kits (drapeau, CD, DVD, brochures et hymne national en langues locales) se déroule à l’Assemblée nationale.

 

La seconde phase, qui a lieu au palais de la présidence de la République, sur le front bord de mer, est marquée par un défilé militaire, point d’orgue des manifestations.

 

Dans un communiqué rendu public lundi à Libreville, le ministre de l’Intérieur Jean François Ndongou a dénoncé la fabrication contrefaite du drapeau national et menacé de sanctions leurs auteurs.

 

Il a également demandé que soient retirés du marché tous les drapelets frappés aux couleurs nationales, vendus un peu partout dans la capitale.

------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Tous droits réservés Fédération PDG de France 2011