posté le 24-01-2012 à 10:27:11

La Cour Constitutionnelle appelle à l’introduction de la biométrie au cours des prochaines élections

La Cour constitutionnelle gabonaise a appelé jeudi dernier, au cours de sa rentrée solennelle à Libreville, le gouvernement du pays à introduire l’usage de la biométrie au cours des prochaines élections locales, en présence du président gabonais, Ali Bongo Ondimba.

 

"Pour que la prochaine consultation électorale se tienne dans les délais légaux, il nous paraît opportun d’inviter les ministres concernés à tout mettre en œuvre aux fins de rendre effective l’introduction de la biométrie dans le système électoral", a déclaré Marie-Madeleine Mborantsuo.

 

Le président de la Cour, Marie-Madeleine Mborantsuo a par ailleurs promis au nom de l’institution de tirer tous les enseignements des dernières élections législatives après avoir vidé le contentieux en cours de jugement.

 

Les élections législatives du 17 décembre 2011 avaient, en effet, été marquées par l’appel au boycott d’une frange de l’opposition et du mouvement de la société civil ‘‘Ça suffit comme çà !’’ sous le slogan ‘‘pas de biométrie, pas de transparence électorales, pas d’élection.’’

 

Marie-Madeleine Mborantsuo a par ailleurs, fait un état de lieu de la contribution de la Cour constitutionnelle à la consolidation de l’Etat de droit démocratique, à travers son œuvre jurisprudentielle.

 

Elle a dénombré en 20 ans d’exercice, 1235 décisions, dont 1012 en matière électoral, 196 concernant le contrôle de constitutionnalité, 11 se rapportant à l’interprétation de la Constitution, 6 concernant les conflits d’attribution dans les institutions, 6 relatif à la modification de la Constitution et 4 à propos du recensement général de la population, prise par l’institution qu’elle dirige pour réguler le fonctionnement des institutions et assurer la continuité de l’action publique.

-------------------

Fédération PDG de France

Source : AGP

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 17-01-2012 à 09:01:19

DISPARITION D'UNE GABONAISE A NANTES : AVIS DE RECHERCHE

Suite à la disparition le 10 janvier 2012 de Cécilia, une compatriote vivant à Nantes, nous publions ci-dessous le communiqué de l'Association des Gabonais de Nantes, reçu le lundi 16 janvier 2012.

 

  Cécilia

 

----------------------

Avis de recherche

TRES.....URGENT........................TRES .... URGENT

Faites un très large ECHO a celà

Avis à toute la communauté Gabonaise et aux Amis du Gabon

L'association gabonaise de Nantes,vous informe de la disparition de notre soeur Cécilia Prima qui est survenue la nuit du Mercredi 11 janvier.
Elle était censée se rendre sur Marseille,jeudi pour le travail. Ce que nous savons c'est qu'elle n'est pas arrivé à destination.
Pour l'heure nous n'avons pas plus d'informations a vous communiquer.
Je ferais parvenir une photo et je vous tiendrais informé des suites des évènements que nous espérons heureuses.


Une mobilisation est prévue ce week-end.

Contact asso :06 18 87 23 15
Contact maman Cécilia (Louisiane) :06 15 67 69 92


Merci d'avoir une pensée pour notre soeur,compatriote.

 

Témoignage de la Maman....peut être que celà peut faire avancer la recherche ........::
Nantes, le Vendredi 13 Janvier 2012

" Dans la soirée du 10 Janvier 2012, ma fille m'a fait savoir qu'elle irait à Marseille avec son patron pour une réunion organisée par l'entreprise dans laquelle elle était en alternance. Elle m'a fait savoir que son collègue viendrait la chercher très tôt le matin et qu'au cas contraire elle me demanderait de la conduire à l'aéroport. Dans la soirée du 10 Janvier, je me suis endormie assez tard et me suis réveillée le 11 Janvier à 8h. J'ai alors constaté que ma fille était partie sans me réveiller, j'ai supposé que son collègue était effectivement passé la chercher.


Dans la journée du 11 Janvier, j'ai en vain tenté de joindre ma fille mais sans succès. Inquiète, j'ai laissé des messages sur son répondeur en espérant qu'elle me rappellerait. Dans la soirée du 11 janvier, à 22h00 la Police est arrivée chez moi m'annonçant qu'elle avait reçu deux appels de personnes disant qu'elles avaient aperçu une personne sur le pont de Cheviré. Ils disent alors s'y être rendus vers 7h du matin et n'avoir trouvé que le sac de ma fille. La Police, bien que n'ayant pas résolu l'affaire m'a alors remis le sac de ma fille en faisant allusion à un possible suicide. Pour précision, ma fille est en Master 2, travaillait et avait une relation paisible et épanouie avec son copain, pleine de vie elle n'avait jamais fait allusion à des idées de mort.


Avec mon neveu, j'ai consulté les appels téléphoniques passés par ma fille et je me suis rendu compte qu'elle avait contacté un taxi à 4h40 du matin. Nous avons alors contacté le taxi qui nous a donné plusieurs réponses divergentes. En remettant le numéro de téléphone du taxi aux policiers, celui-ci a alors reconnu avoir conduit une fille très tôt le matin (4h40 - 5h00) et l'avoir déposé à Rue des usines, une zone industrielle déserte la nuit. Il a en plus ajouté qu'il l'avait embarqué au centre-ville (à 10minutes à pieds de notre domicile) et qu'elle lui avait affirmé avoir rendez-vous avec un de ses collègues.


J'ai aujourd'hui contacté le patron de ma fille qui s'est contenté de me dire que son entreprise n'était pas responsable de ce qui était arrivé et qu'il mènerait son enquête en interne. De plus, en recontactant la police qui a eu accès aux vidéos prises par les caméras de surveillance routière du pont de Cheviré, ceux-ci m'ont affirmé que la visibilité des images prises ne leur permettait pas d'identifier une personne présente sur le pont, celui-ci n'étant pas éclairé. De plus, ils disent avoir contacté les pompiers afin qu'ils sondent le fleuve (la Loire) mais sans succès de ce côté-là aussi. "


Je suis désœuvrée et ni la police, ni l'entreprise de ma fille ne sont rentrés depuis lors en contact avec moi. La police m’a déjà remis le sac de ma fille et je suis toujours sans nouvelles.

---------------------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 04-01-2012 à 14:02:27

La production nationale de manganèse au beau fixe

La production nationale de manganèse devrait passer de 3,2 millions de tonnes en 2010 à 5,3 millions en 2012, grâce notamment à l’activité de la compagnie chinoise CICM Huazhou dans la mine de M’bembélé.

 

Une production de 500 000 tonnes de manganèse par an est en effet prévue dans la mine de M’bembélé, située à Ndjolé, dont l’exploitation a officiellement démarré au deuxième trimestre 2011. La mise en production du site s’accompagne de la construction d’une centrale électrique et de voies ferrées de 225 km afin de relier et alimenter le site en énergie.

 

Un autre gisement de manganèse, dont les réserves sont estimées à 60 millions de tonnes, va également être exploité dès 2012 dans la zone de Ndjolé par la compagnie australienne BHP Billiton.

 

Ces perspectives pour le moins positives interviennent alors que la Compagnie Minière de l’Ogooué (Comilog) a annoncé début décembre avoir déjà réalisé une production record de 3,4 millions de tonnes de minerai en 2011. 

 

Actuellement deuxième producteur mondial de manganèse, le Gabon s’est fixé pour objectif de monter sur la première marche du podium grâce à ses réserves en manganèse estimées à 200 millions de tonnes. 

-------------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 04-01-2012 à 13:54:10

Le Gabon réaffirme son soutien à la candidature du Dr Jean PING à la présidence de la Commission de l’Union Africaine

Le Gouvernement gabonais, à travers son Ambassade, Mission Permanente à Addis Abeba en Ethiopie en concertation avec le candidat a, par Note Verbale n° 1146/AMBAGAB/ADDIS/MP-UA, du 8 septembre 2011, déposé officiellement auprès du Bureau du Conseiller Juridique de la CUA, la candidature du S.E. Dr Jean PING à la Présidence de ladite Commission.

 

Cette candidature du Dr Jean PING introduite par le Gabon bénéficie du soutien total des Autorités gabonaises en tête desquelles SEM Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République, Chef de l’Etat.

 

Cet engagement du Gabon vis-à-vis de son candidat s’est traduit, ensuite par l’envoi d’émissaires auprès des Chefs d’Etat africains assurant la présidence des Communautés Economiques Régionales (CER), afin de solliciter le soutien de leurs régions respectives. Plusieurs membres du Gouvernement gabonais ont ainsi été dépêchés en qualité d’émissaires dans les différentes CER en vue de promouvoir la candidature du Dr Jean PING :

 

- Namibie pour la Southern African Development Community (SADC);
- Tchad pour la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC) ;
- Burundi pour East African Community (EAC);
- Nigeria pour Economic Community of West African states (ECOWAS);
- Ethiopie pour Intergouvernemental Autority for Development (IGAD);

 

Au mois d’août 2011, il a adressé une correspondance au Président en exercice de l’Union Africaine, SEM Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO, Chef de l’Etat de Guinée Equatoriale, sur la décision du Gabon de présenter la candidature du Dr PING pour la présidence de la CUA.

 

Ensuite, une correspondance a été adressée par le Président de la République à tous ses Pairs Africains sollicitant leur appui au candidat du Gabon, à travers leurs Représentations/Missions Permanentes à l’ONU à New York et à l’UA à Addis Abeba.

 

Des émissaires du Président de la République continuent de sillonner le continent pour remettre aux Chefs d’Etats africains des messages personnels sollicitant leur appui au Dr Jean Ping.

 

Par ailleurs, le Gabon a mis à la disposition de son candidat des moyens logistiques pour lui permettre de parcourir le continent au cours de sa campagne électorale. Le Président Jean PING peut ainsi rallier les différentes capitales africaines à souhait et en fonction des calendriers de ses hôtes. C’est ainsi que la Présidence de la République met à la disposition du candidat ses aéronefs ou en affrète d’autres.

 

De même, le Gabon tient à affirmer que les informations véhiculées laissant entendre le financement de la campagne du candidat Jean PING par un pays non africain sont dénuées de tout fondement et que toutes autres allégations similaires constituent, au regard des informations ci-dessus indiquées, une insulte à l’égard du Gabon, son Gouvernement et son Peuple ainsi que de l’ensemble du continent.

 

Fort de son engagement et de sa remarquable mobilisation nationale derrière la candidature de M. Jean Ping, connu pour sa riche expérience diplomatique, ses compétences professionnelles et ses qualités humaines, mon pays le Gabon ne peut naturellement qu’espérer le succès de son candidat tout en respectant la règle du fair-play qui doit prévaloir lors de cette échéance électorale extrêmement importante pour l’avenir du continent.

-----------------------

Fédération PDG de France

Source : extrait du communiqué de African Union Commission (AUC) 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 22-12-2011 à 09:36:56

Conférence de presse du Parti Démocratique Gabonais après les législatives du 17 décembre 2011

Le secrétariat exécutif du Parti Démocratique Gabonais (PDG) tient aujourd'hui à partir de 16h une conférence de presse après l'annonce hier par le Ministre de l'Intérieur des résultats des élections législatives du 17 décembre dernier.

 

En effet, le PDG a fait élire 114 députés sur 120 sièges disponibles à l'Assemblée Nationale. Cette vague blanche constitue un véritable atout pour la mise en oeuvre du projet du Président de la République "l'Avenir en Confiance".

----------------------

Fédération PDG de France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Tous droits réservés Fédération PDG de France 2011