posté le 29-03-2012 à 20:05:10

UFPDG France : On the road again

En mal d’activités et de mobilisation de la base de ses militantes jusqu’au début de l’année en cours, l’UFPDG retrouve petit à petit de sa superbe depuis quelques temps. Les militantes et sympathisantes reprennent goût aux activités. La structure s’inscrit désormais dans une logique d’ouverture qui tend à rassembler les femmes de notre diaspora en France autour des idées fortes de la politique du Gabon Émergent du Président de la République Ali BONGO ONDIMBA, bien au-delà des lignes de démarcation habituellement  admises ; et, souvent par simple manque de contact ou de dialogue avec les compatriotes. Un programme d’activités riche et varié se met petit à petit en place. Bref… le renouvellement des structures et la promotion des énergies en latence dans les masses militantes peuvent avoir des vertus revitalisantes pour ces dernières. L’UFPDG le prouve aujourd’hui. La structure est de nouveau sur les sentiers de la mobilisation depuis qu’un changement a été apporté à la tête de cet important organe de la Fédération PDG de France.

 

 

Tout commence le dimanche 12 Février 2012. La camarade Laurence NDONG, militante du PDG de longues dates qui, par la suite, avait fait preuve d’un grand dynamisme en prenant part à plusieurs travaux de réflexion du Bureau Fédéral alors même qu’elle n’était que simple militante, est désignée pour assurer la transition à la tête du Bureau de l’UFPDG France. Cette mesure intervient alors que la camarade Yvonne OKOMO ONDO,  jusque-là Déléguée Fédérale en titre, annonce son retour au Gabon après plus de deux années passées à la tête de la structure des femmes de la Fédération PDG de France.

 


 

Figure 1: La camarade Laurence NDONG au sortir de la réunion de Février 2012

(Photo Emmanuella AZON GAMCE)

 

À titre de rappel, au lendemain de l’élection présidentielle de 2009 qui a abouti à la victoire du Président Ali BONGO ONDIMBA, les activités politiques ont connu une légère baisse pour la quasi-totalité des structures de la Fédération. La grande mobilisation de l’avant campagne avait cédé le pas à une sorte d’euphorie générale qui, elle-même, avait fini par installer un sentiment de devoir accompli dans la tête des militants. Mis à part quelques irréductibles qui ont continué à marteler avec le Secrétaire Fédéral que le parti devait vivre « avant, pendant et après les périodes électorales », chacun, on l’imagine, attendait de voir comment cet effort conjugué des militants de la première heure et de tous les soutiens spontanés du candidat du PDG pouvait avoir d’éventuelles implications sur un plan personnel. Cette situation a d’ailleurs conduit le Secrétaire Fédéral à requérir le renouvellement transversal de toutes les structures de la Fédération PDG de France lors de la célébration en différé de l’anniversaire du parti en avril 2011. Mais l’éminence du scrutin pour les législatives passées avait amené les instances centrales du PDG à différer ce renouvellement.

 

Avec l’arrivée d’une nouvelle personne à la tête de l’UFPDG, les activités des femmes ont repris. Très vite, cette militante du PDG est entrée de plein pied dans le nouveau rôle qui lui était défini. La camarade Laurence NDONG, habituée de la vie associative (elle est elle-même présidente de Joseph une association de promotion de l’éducation et de VEDAP une association de défense des droits des veuves), s’est empressée d’instaurer de nouvelles méthodes de travail dans l’équipe qui l’entoure. Aujourd’hui, une autre approche de l’activité politique et citoyenne des femmes de l’UFPDG est en marche.

 

En l’espace de quelques semaines, Laurence NDONG a convoqué deux réunions élargies qui ont vu la participation de plusieurs militantes de base, même celles qui avaient, pour des raisons diverses, mis leur participation aux activités de l’UFPDG en veilleuse. L’observation veut que la mobilisation autour de la nouvelle responsable des femmes au sein de la Fédération PDG de France va dans un sens croissant. Ce qui est surtout retenu à son actif, c’est la force que la camarade Déléguée Fédérale met dans la sensibilisation des militantes sur la connaissance et le respect des textes fondamentaux du Parti. Et surtout, le fait qu’elle mette un point d’honneur à faire de l’UFPDG une force de proposition pour la Fédération et le parti d’une manière générale. Son discours se construit ainsi autour de plus d’ouverture et de la participation massive des femmes à la politique du Gabon Émergent instituée par le Président de la République, Chef de l’Etat Ali BONGO ONDIMBA. Sur ce point précis, il faut noter que les attentes sont nombreuses pour toutes les structures du PDG. Car, soutient-elle, c’est maintenant que doit se préparer sur le terrain les échéances futures.

 

La dernière réunion en date du 25 mars 2012 a surtout consisté à programmer un événement autour de la célébration prochaine de la journée de la femme Gabonaise. En effet, le Gabon est l’un des rares pays au monde à avoir institué une Journée Nationale de la Femme, en marge de la Journée Internationale de la Femme que le monde entier célèbre le 8 mars de chaque année. Au Gabon, cette journée se célèbrera le 17 avril prochain. Pour les femmes de la Fédération PDG de France, cette célébration est prévue dans le courant du mois avril sur le thème : « L’apport des femmes de la Diaspora Gabonaise pour un Gabon émergent ».

 

 

 


 

-           Figure 2: Sortie de salle des femmes de l'UFPDG France le 25 mars 2012

-           (Photo Emmanuella AZON GAMCE)

Un peu plus de 150 personnes sont attendues à cet événement. Et les objectifs principaux de l’organisation tourneront autour de la mobilisation des femmes Gabonaises de tous bords dans un élan de solidarité ; la promotion des activités économiques, sociales, culturelles sportives et artistiques des femmes Gabonaises en France.

Le remplacement intervenu à la tête de l’UFPDG France a contribué à relancer les activités de cette structure. De nouveaux visages apparaissent à chaque réunion. Et les femmes sont de plus en plus volontaires pour faire entendre leur voix. Cette réalité est l’occasion de rappeler qu’en Avril 2011, le camarade Secrétaire Fédéral, avait préconisé un renouvellement général de la Fédération PDG de France. Les textes du parti le commandent au bout de 3 ans. La préoccupation du Bureau Fédéral au terme de son second mandat était particulièrement axée sur le besoin de renouveler les énergies et par là, relancer la mobilisation des militants. Il existe en France aujourd’hui de nombreux compatriotes qui souhaitent apporter leur force au travail de mobilisation et de sensibilisation qui est celui du PDG autour de l’action du Président Ali BONGO ONDIMBA. Mais le fait de rester trop longtemps sans redynamiser les structures se présente souvent comme un frein à l’adhésion des militants et des sympathisants.

----------------------

Fédération PDG de France

Service Communication Fédération PDG France

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 10-03-2012 à 14:38:01

44 ème anniversaire du Parti Démocratique Gabonais

Programme des Festivité du 44ème anniversaire du PDG

  Sous le haut patronage du Distingué Camarade Président Ali BONGO ONDIMBA, le programme des festivités marquant le 44ème anniversaire du PDG est arrêté comme suit :

 

Samedi 10 mars 2012 à la foire d'exposition de Libreville

08h00 : Mise en place terminée

09h00 : Lancement des Journées médicales

 

Lundi 12 mars 2012 à la Cité de la Démocratie

15h00 : Mise en place terminée

15h30 : Arrivée des invités, des Membres du jury et des participants au concours.

 Arrivée des reponsables politiques

- Du Bureau National l'UFPDG,

- Du Bureau National de l'UJPDG,

- Du Bureau des groupes sociaculturels,

- Des élus locaux de Libreville et d'Owendo,

- Des parlementaires d'Owendo,

- Des Membres du Sscrétariat Exécutif,

- Des Membres du Bureau Politique et des Conseillers du Distingué Camarade Président du Parti,

- Des Membres du Comité Permanent du Bureau Politique,

- Des Membres du Conseil des sages et du Comité de concertation,

16h15 : Arrivée du Distingué Camarade Président du Parti et de la Présidente d'honnuer de l'UFPDG,

16h20 : Début de la cérémonie de remise des prix

- Remise des prix de littérature,

- Remise du prix de l'Unité Nationale,

- Décorations

 

18h00 : Cocktail dînatoire à la salle des Banquets

Fin des Manifestations.

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 08-03-2012 à 19:32:48

8 mars : Journée internationale de la femme

L’origine véritable du 8 mars :  Journée internationale des femmes

 

La Journée internationale des femmes, comme nous la connaissons aujourd’hui, est un moment propice à la réflexion et à la recherche de solutions visant à améliorer la condition de chacune des femmes.

 

Cette journée spéciale puise ses racines dans diverses manifestations de femmes, dont les luttes ouvrières pour le suff rage universel féminin, en Amérique du Nord et en Europe au tout début du 20e siècle. À cette époque, le monde industrialisé connaît de grands changements, notamment sur les plans de la croissance démographique et des idéologies radicales.

 

Eléments historiques

La « véritable » origine du 8 mars, Journée internationale des femmes, serait principalement marquée par deux faits historiques : le Woman’s Day en Amérique et la Journée des femmes en Europe.

 

Le Woman’s Day en Amérique

La Journée internationale des femmes tire son origine d’une manifestation pour le droit de vote des femmes orga-nisée par le Comité national de la femme du Parti socialiste américain et qui a eu lieu le dernier dimanche du mois de février 1909. Connue sous le nom de Woman’s Day, elle demeure l’une des activités offi cielles du comité et sera célébrée annuellement aux États-Unis jusqu’en 1914.

 

La Journée des femmes en Europe

En 1910, à l’occasion de la 2e Conférence internationale des femmes socialistes à Copenhague, l’Allemande Clara Zetkin, alors présidente du Secrétariat international des femmes socialistes, propose l’instauration d’une journée des femmes qui serait célébrée à chaque année pour servir la propagande en vue de l’obtention du droit de vote des femmes. Cette proposition est approuvée à l’unanimité par les déléguées des 17 pays présents.

 

L’internationalisation du 8 mars

À la suite de la résolution de Copenhague, la Journée internationale des femmes est célébrée pour la première fois le 19 mars 1911 en Allemagne, en Autriche, au Danemark et en Suisse, où plus d’un million de femmes et d’hommes participent à des rassemblements.

En 1913 et en 1914, les femmes vivant en Europe ou en Russie tiennent des rassemblements à la fi n du mois de février ou au début du mois de mars pour protester contre la guerre ou pour exprimer leur solidarité envers les autres femmes.

En 1917, peu de temps avant la fi n du régime tsariste, les femmes russes passent outre les instructions des militants bolcheviques et manifestent pour réclamer du pain et le retour de leur mari de la guerre. Cet évé-nement a lieu le dernier dimanche de février selon le calendrier en usage en Russie, ce qui correspond au 8 mars du calendrier grégorien moderne. En 1921, en guise de commémoration, le président russe Lénine consacre la date du 8 mars Journée des femmes.

 

Les décennies suivantes, la Journée internationale des femmes est marquée vers la même date chaque année en Europe et dans d’autres régions du monde. C’est aussi le cas en Amé-rique du Nord où elle est soulignée au même moment, mais de façon sporadique, jusqu’à la fi n des années 60.

Depuis, elle s’est transformée en une activité d’envergure à laquelle le mouvement féministe a largement contribué.

 

L’Organisation des Nations Unies contribue à la cause des femmes et des filles

En 1977, l’Organisation des Nations Unies (ONU) adopte une résolution pour inviter chaque pays de la planète à consacrer une journée à la célébration des droits des femmes et de la paix internationale. Le « 8 mars » est ainsi devenu cette journée de reconnaissance dans de nombreux pays.

À la suite d’une proposition présentée par le gouvernement du Canada en 2011, l’ONU déclare le 11 octobre Journée internationale des filles. Cette reconnaissance est le fruit du plaidoyer mondial de la campagne « Because I am a Girl » de l’organisation Plan international, dont la mission est de mettre fin à l’inégalité de genre et de promouvoir les droits des filles à travers le monde.

-------------------------

Fédération PDG de France

Sources : CÔTÉ, Renée. La Journée internationale des femmes, Montréal, Les éditions du remue-ménage, 1984, 237 p.MONTREYNAUD, Florence. Le XXe siècle des femmes, Paris, Éditions Nathan, 1999, 830 p.CONDITION FÉMININE CANADA. Mais qu’est-ce que la Journée internationale des femmes?, [En ligne], 2000.[http://dsp-psd.pwgsc.gc.ca/Collection/SW21-57-2000-2F.pdf] (Consulté le 22 février 2012).ORGANISATION DES NATIONS UNIES. Journée internationale de la femme, [En ligne], 2006.[http://www.un.org/french/events/women/iwd/2006/history.html#texte] (Consulté le 22 février 2012).PLAN INTERNATIONAL – BECAUSE I AM A GIRL. Le 11 octobre déclaré la Journée des fi lles !, [En ligne], 2011.[http://becauseiamagirl.ca/page.aspx?pid=4443] (Consulté le 22 février 2012).

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 08-03-2012 à 07:59:12

Catastrophe de Brazaville : Le Gabon envoie une mission humanitaire

Afin de porter assistance aux victimes de la catastrophe survenue dans la capitale congolaise le 4 mars dernier, le Gabon a dépêché à Brazzaville une mission humanitaire conduite par le ministre gabonais de la Santé, Léon Nzouba.

 

 

 

 

Une décision consécutive à un entretien entre le président Ali Bongo et son homologue congolais, Denis Sassou Nguesso, selon un communiqué officiel du Secrétariat Général de la Présidence de la République publié le 6 mars.

 

Au cours de cet échange, «le chef de l’Etat gabonais a tenu à réitérer au nom du peuple gabonais, toute sa compassion et sa solidarité à l’endroit de son homologue et du peuple frère du Congo. Ce fut l’occasion pour lui de renouveler ses sincères condoléances aux familles des victimes, ainsi que son soutien moral aux blessés et aux nombreux sans abris», indique le texte.

 

La mission est composée des «médecins, des chirurgiens et autres spécialistes ainsi qu’un chargement important de matériel médical et de produits pharmaceutiques», précise le communiqué, signé du Secrétaire Général de la Présidence de la République Gabonaise, Laure Olga Gondjout.

 

Par ailleurs, conclut le communiqué, au terme de l’entretien entre les deux chefs d’Etat, «l’Hôpital d’instruction des armées Omar Bongo Ondimba de Libreville a été retenu, en raison de sa proximité et de son expertise, pour accueillir les grands blessés dont l’évacuation sanitaire sera décidée par les autorités congolaises».

 

Le 4 mars dernier, une explosion accidentelle dans un dépôt de minutions au quartier Mpila de Brazzaville a tué environ 180 personnes, en blessant plus d’un millier d’autres. Quelques 3 000 personnes sont sans abris. Le Gabon inscrit son action dans le même esprit qui a prévalu suite aux catastrophes naturelles en Haïti, au Japon et dans la Corne de l’Afrique. Dans ces trois cas, le pays avait respectivement débloqué 467 millions de dollars, 500 millions de dollars et 2,5 millions de dollars.

---------------------------

Fédération PDG de France

Source : Gabon Review

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 22-02-2012 à 08:26:07

Un «gouvernement de mission» pour le Président Ali Bongo Ondimba

Alors que le pays entier est dans l’attente d’une nouvelle équipe gouvernementale, le président Ali Bongo Ondimba a promis, au cours d’une allocution le 16 février, un «gouvernement de mission».

 

 

 

Dans un discours à la nation prononcé le 16 février sur la télévision gabonaise, le président gabonais est longuement revenu sur la 28e édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), dont le pays a reçu «nombreux témoignages de satisfaction quant à la parfaite organisation (…) à Libreville et à Franceville, avec des infrastructures de qualité sur les plans sportif, hôtelier, sanitaire, du transport, des facilités de communication et de toutes les commodités offertes».

 

Mais surtout, le chef de l’État gabonais s’est prononcé sur le prochain gouvernement, suite à la démission du Premier ministre Paul Biyoghé Mba, «conformément à nos traditions républicaines», selon le mot d’Ali Bongo qui procédera dans les prochains jours à la nomination du Premier ministre. Celui-ci lui proposera la formation d’un nouveau gouvernement. «Ce sera un gouvernement de mission, un gouvernement d’accélération de la réalisation des objectifs que nous nous sommes fixés dans notre marche vers l’émergence», a indiqué le chef de l’État gabonais.

 

«Le nouveau gouvernement nous fournira l’opportunité d’améliorer la structure du gouvernement, en tirant toutes les leçons des forces et insuffisances constatées durant les deux premières années de ce mandat», a affirmé le président de la République.

 

Pour Président Ali Bongo Ondimba, il est plus que temps de «passer aujourd’hui à une vitesse supérieure dans le rythme d’exécution des programmes gouvernementaux». De ce fait, «le futur gouvernement aura donc pour mission essentielle de traduire dans des actions concrètes, intégrées, visibles et durables, notre vision, nos engagements et nos ambitions pour notre pays», a conclu le président gabonais.

------------------------------

Fédération PDG de France

Source : Gabon Review

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

Filsdafric  le 23-02-2012 à 11:20:25

Bravo, Camarade Ali !
Chiche ! On essaie d'y aller ? Cela fait des années que j'attendais cela : la fin de l'immobilisme au Gabon. Il est grand temps que le Gabonais se mette enfin au travail pour que le slogan "GABON D' ABORD " prenne tout son sens et devenir la religion de ce peuple .

 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Tous droits réservés Fédération PDG de France 2011