VEF Blog

Titre du blog : FEDERATION PDG DE FRANCE
Auteur : pdgfrance
Date de création : 23-02-2011
 
posté le 27-03-2011 à 01:07:31

4ème Conseil des ministres délocalisé dans la province de l'Ogooué Ivindo : Présentation de la province

 

L'Ogooué-Ivindo est une province du Gabon (officiellement, elle est indiquée par les initiales G6). Son chef-lieu est Makokou et les villes secondaires sont Booué, Mékambo et Ovan. Elle se situe au Nord-Est du Gabon et est frontalière du Congo-Brazzaville. Par sa superficie, elle est la plus vaste du pays (46075 km²).
Le sous-sol de cette province est très riche ; le principal minerai est le fer, mais il y a aussi de l'or et d'autres ressources. La diversité linguistique caractérise aussi l'Ogooué-Ivindo, qui abrite plusieurs ethnies. Ainsi, on y rencontre des Kotas, des Fangs, des Kwélés et bien d'autres petits sous-groupes.
 
Sur le plan touristique, la province comprend également un site très apprécié des visiteurs du monde entier, le parc national de la Lopé. Sans oublier les Pygmées Babongo, premiers habitants du Pays, les Simba, les Akele et les Okande.


L'autre parc est celui de l'Ivindo, où on peut voir les plus grandes et plus belles chutes d'Afrique centrale (les chutes de Kongou et de Mingouli) ; on y trouve une concentration impressionnante de singes et de gorilles.
 

La parc de l'ivindo :
Date de création : 2002
Superficie : 3000 km²
Point culminant : Mont Kingué, 749m
Localisation : Situé entre l'Ogooué et l'Ivindo, en aval de Makokou
Provinces : Ogooué-Ivindo, Ogooué-Lolo
Villes les plus proches : Makokou, Bouée, Lastoursville
Gares les plus proches : Ivindo, Mouyabi
Topographie : Bassin versant des rivières Nyanga, Lolo et Onoy
Rivières principales : Ivindo (110 km), Djidji (120 km)
Chute d’eau la plus haute : Chutes de la Djidji (80 m)
Habitats : Forêt primaire, forêt secondaire
Particularité : Parmi les plus impressionnants éléphants, gorilles, chutes d'eau des forêts d'Afrique

 

Une forêt tropicale intacte

 

Le Parc National d’Ivindo est situé à cheval entre les provinces de l’Ogooué-Ivindo et de l’Ogooué-Lolo. Quasi inhabité, la nature y demeure sauvage et intacte. Il est notamment traversé par le fleuve Ivindo et par la Djidji. Au milieu de la forêt, la clairière marécageuse (bai) de Langoué abrite la plus grande concentration d’éléphants et de gorilles du Gabon.
La majeure partie du parc est composée de forêts très anciennes et non perturbées par l’homme. Il s’y trouve d’impressionnantes chutes d’eau, notamment le long de l’Ivindo et de la Djidji, qui sont jalonnés par une succession de rapides et de cascades. Les chutes de Kongou et de Mingouli font ainsi partie des plus grandes et des plus belles chutes d’Afrique centrale.
Le Parc d’Ivindo abrite une biodiversité exceptionnellement riche. On y trouve de très nombreuses espèces d’insectes, et plus de 350 espèces d’oiseaux. Des gorilles, des chimpanzés, des buffles et des antilopes sont présents dans le Parc, ainsi que l’une des dernières populations intactes d’éléphants de forêt. Le bongo et le céphalophe bleu y vivent également.

Exploration de la rivière Djidji : Périple en bateau sur une rivière sauvage

En Afrique, rares sont les rivières forestières qui sont restées presque inhabitées et qui subissent une très faible pression de chasse ce qui les rend précieuses pour un écotourisme d’exception. Les défis à relever pour développer correctement le tourisme sur la Djidji sont tous liés à la préservation des aspects sauvages et intacts de la zone. La solution consiste à tirer parti du paysage de manière sensible- particulièrement concernant l’accès, l’emplacement du lodge et des campements, l’approvisionnement de ce site reculé et l’emploi et la formation adaptée du personnel gabonais. Les visiteurs se rendront ici depuis le lodge central d’Ivindo et depuis un autre lodge situé dans la zone tampon sur le court supérieur de la Djidji.

 

Le principal public ciblé sont les touristes passionnés de nature désirant vivre une aventure paisible et facile avec en prime un logement confortable au bord d’une rivière de forêt pluviale - bien qu’un arrêt d’une nuit, prévu à l’avance, dans un campement temporaire au bord de l’eau puisse être considéré comme un bon moment d’aventure. Un second public pour la Djidji serait constitué de personnes plus jeunes et plus aventureuses souhaitant pagayer à bord de leur propre pirogue, accompagnées de guides fiables sur des circuits personnalisés.

----------------------
Fédération PDG de France