VEF Blog

Titre du blog : FEDERATION PDG DE FRANCE
Auteur : pdgfrance
Date de création : 23-02-2011
 
posté le 11-04-2011 à 11:01:16

Le Gabon évalué par le MAEP en 2012

Le ministre gabonais de l’intégration sous régionale chargé du Nouveau partenariat du développement de l’Afrique (NEPAD), Aurélien Ntoutoume a réaffirmé la volonté du Gabon à se soumettre au Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP) en juillet 2012.

 

M. Ntoutoume a vanté les atouts de ce mécanisme qui est un instrument de suivi des progrès accomplis par un pays dans le cadre du NEPAD, un projet initié par l’Union africaine (UA) au début de la décennie 2000 mais qui tarde toujours à se concrétiser.

 

Le Gabon qui devrait être évalué, soumettra d’abord une feuille de route au MAEP pour approbation et réaffirmer son engagement à ce mécanisme, a indiqué M. Ntoutoume au cours d’une réunion vendredi dernier avec les membres de la commission nationale mise en place à cet effet.

 

A deux mois du passage du Gabon devant le MAEP, le pays dispose déjà de toutes les structures exigées dans le cadre de l’étape préliminaire de préparation (signature du mémorandum d’entente, mise en place d’un point focal, d’un secrétariat et d’une commission nationale indépendante.

 

Selon le ministre gabonais en charge du NEPAD, le MAEP a pour objectif d’encourager l’adoption de politiques, de normes pratiques en vue de promouvoir la stabilité politique, une croissance économique soutenue, un développement durable et une intégration économique sous régionale et continentale accélérée.

 

Le Gabon qui a adhéré à ce mécanisme en 2003 a opéré une première tentative d’évaluation par les pairs en 2006 qui s’est soldée par un échec.

 

Treize Etats africains ont déjà été soumis à l’évaluation du MAEP, dont le Ghana, le Kenya, le Rwanda et l’île Maurice, quatre pays anglophones considérés comme les pionniers du Mécanisme auquel les Etats adhèrent volontairement pour rendre compte de leur gouvernance et de leur respect des droits de l’homme.

 

L’Algérie, le Mozambique, l’Afrique du Sud, le Lesotho, le Burkina Faso, le Bénin et le Mali ont été évalués en 2006.

 

Huit ans après son lancement, le MAEP ne fait déjà plus l’unanimité. Nombreux sont ceux qui estiment que les évaluations ne sont que très peu objectives et sont loin de refléter la réalité.

 

Rappellons que le NEPAD a pour ultime objectif de combler le retard qui sépare l'Afrique des pays développés. Cette notion de fossé à remplir (bridging gap) est le cœur même du NEPAD. Il ne s'agit donc pas seulement de financer des projets tous azimuts.

 

L'Afrique, en effet, considère qu'elle est dans la globalisation et non en marge de l'évolution du monde mais celui-ci l'a marginalisée au point qu'elle ne représente que 1.7% du commerce international, qu'elle est apparue comme le dernier des continents en termes de croissance et de développement et comme le continent le plus pauvre.

 

Le Président Thabo MBEKI d'Afrique du Sud, le Président Olusegun OBASANJO du Nigeria et le Président Abdel Aziz BOUTEFLIKA d'Algérie proposèrent le Millenium African Plan (MAP) pendant que le Président Abdoulaye WADE du Sénégal proposait le plan OMEGA. 

 

Les deux plans furent fusionnés en un plan unique : la Nouvelle Initiative Africaine (NIA) qui sera plus tard baptisé Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique (NEPAD), abréviation de l'anglais New Partnership for African Development. Le Sommet des Chefs d'Etat de Lusaka adopta la Nouvelle Initiative Africaine et élargit la direction politique à dix autres Chefs d'Etat, à raison de deux par région. Ce nouvel organe a pris le nom de Commission de Mise en Œuvre (Implementation Committee).

 --------------

Fédération PDG de France

Source : AGP