VEF Blog

Titre du blog : FEDERATION PDG DE FRANCE
Auteur : pdgfrance
Date de création : 23-02-2011
 
posté le 31-01-2012 à 18:15:42

18ème sommet de l'Union Africaine

Les représentants des 54 pays membres de l’Union africaine n’ont pas pu élire le nouveau président de la Commission de cette organisation panafricaine. Le sortant Jean Ping qui a pourtant remporté les trois tours du scrutin, n’a pas enregistré les deux tiers requis pour être déclaré élu, même si au quatrième il a enregistré trente-deux voix sur les trente-six souhaitées. Le rendez-vous est donc pris pour juillet prochain.

 

Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a regagné Libreville hier en début de soirée, de retour d’Addis-Abeba en Ethiopie où il est allé prendre part aux travaux du 18ème Sommet de l’Union africaine (UA), aux côtés de ses pairs et autres représentants des pays membres de l’Organisation panafricaine. Dimanche, en marge des travaux de ces assises, il a reçu en audience le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération, Saab Dime El Dimani, qui lui a transmis un message verbal du Roi Mohammed VI. Les deux hommes ont saisi l’occasion de cette entrevue pour souligner la nécessité de renforcer davantage la coopération entre le Maroc et le Gabon, deux pays qui entretiennent déjà des relations très étroites d’amitié et de coopération, englobant divers domaines d’activités. Les échanges entre le Gabon et le royaume du Maroc passent d’ailleurs pour être un modèle de coopération Sud-Sud. Au cours de la même rencontre, Ali Bongo Ondimba et le chef de la diplomatie gabonaise se sont également préoccupé du retour du Maroc au sein de la grande famille de l’Union africaine. Il faut rappeler que le Maroc a quitté l’organisation panafricaine en 1982, pour protester contre l’admission de la République arabe sahraouie démocratique à l’OUA, à l’époque. Et depuis, il n’est plus jamais revenu. Aujourd’hui, la question du retour du Maroc au sein de l’organisation panafricaine est de plus en plus évoquée, comme une nécessité… Autre sujet abordé au cours de cette audience : les questions de paix et de sécurité, au regard des crises qui sévissent dans quelques pays du continent. Le chef de la diplomatie marocaine a souhaité la convocation d’une réunion entre les pays intéressés afin de promouvoir un développement harmonieux du continent. Mais le temps fort de ce Sommet a été sans conteste l’élection à la présidence de la Commission de l’Union africaine. Les représentants des 54 Etats membres de l’UA n’ont pas pu départager les deux candidats en lice, à savoir : le président sortant, Jean Ping, qui briguait un second mandat, et l’actuel ministre Sud-africain de l’Intérieur, Dlamini Nkosazana-Zuma. Aucun des deux n’a obtenu la majorité des deux tiers requise pour être proclamé élu ou réélu. Il est vrai que le Gabonais Jean Ping est arrivé à chaque fois en tête sur les quatre tours organisés pour cette élection. Il a battu successivement son challenger, d’abord par 28 voix contre 25, ensuite 27 contre 20 et 29 contre 24. Des scores assez serrés qui en disent long sur le suspense qui a plané durant ces moments. Au quatrième tour, après le retrait de la ministre sud-africaine, comme le prévoit le règlement de l’Union africaine, le sortant Ping a recueilli 32 voix, jugées insuffisantes pour se succéder à lui-même. En fait, il lui manquait 4 voix pour avoir la majorité requise. Devant le blocage, une autre phase de l’élection a été envisagée pour juin 2012. En mars prochain, une concertation est prévue entre les présidents des cinq sous régions d’Afrique. Dans l’intervalle, le président sortant Jean Ping reste à Addis -Abéba jusqu’à la prochaine élection.

------------------

Fédération PDG de France

Source: AFP